Torturés avec des chansons de Julio Iglesias

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le crooner Julio Iglesias en 1997[Dominique Faget / AFP/Archives]

Des recherches poussées dans les archives de la dictature chilienne révèlent que des prisonniers ont été torturés à l'aide de chansons de Julio Iglesias ou de George Harrison, poussées à plein volume et diffusées de façon continue.

 

C'est une étude universitaire atypique qui a été conduite par Katia Chornik, chercheur à l'université de Manchester. Ses travaux portent en effet sur l'utilisation de la musique dans les geôles du régime d'Augusto Pinochet qui dirigea le Chili d'une main de fer de 1973 à 1990.

Selon plusieurs témoignages recueillis par Katia Chornik, il apparaît que les bourreaux utilisaient la musique pour pousser à bout leurs victimes. Ainsi d'anciens détenus racontent avoir été contraints d'écouter des heures durant, à des niveaux sonores proches de l'insupportable, le tube My sweet lord de George Harrison, la bande originale du film Orange Mécanique, ou encore plusieurs chansons du crooner espagnol Julio Iglesias.

La musique était également employée de manière indirecte pour éprouver psychologiquement les prisonniers. En effet, il était courant d'en diffuser pendant les séances de torture beaucoup plus physique. L'un des témoins rencontrés dans le cadre de cette recherche se souvient ainsi avoir été conduit dans les salles de torture puis brutalisé par un bourreau qui chantait intentionnellement Gigi l'Amoroso.

 

 

Un agent de la CIA condamné à 30 mois de prison

Un Chinois soupçonné de corruption meurt sous la torture

Des papous torturent et décapitent deux sorcières