Thibault égratigne les premiers mois de Hollande

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, après une réunion avec le Premier ministre, le 22 novembre 2012, à Paris [Pierre Verdy / AFP]
Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, après une réunion avec le Premier ministre, le 22 novembre 2012, à Paris [Pierre Verdy / AFP]

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, a affirmé lundi, dans ses vœux pour 2013, que le changement attendu après l'élection de François Hollande "ne se concrétise pas suffisamment et pas suffisamment vite" et a appelé les salariés à rester "mobilisés".

"L'année 2012 a été une année où la volonté de changement s'est très fortement exprimée dans le pays" notamment à l'occasion de "l'élection d'un nouveau président de la République", a affirmé le numéro un de la CGT dans des vœux adressés "aux salariés, aux privés d'emploi et aux retraités".

"Cette attente de changement ne se concrétise pas suffisamment, et pas suffisamment vite, dans des domaines relatifs à l'emploi, au pouvoir d'achat aux conditions de vie. Nous avons donc besoin d'être mobilisés dans cette année 2013", a ajouté M. Thibault, dans ces vœux diffusés en vidéo sur le site du syndicat.

La "première mission" est "de s'opposer aux velléités du Medef de déréglementer encore un peu plus le code du travail et la législation du travail", a souligné le leader de la CGT en allusion aux propositions du patronat dans les négociations avec les syndicats sur la sécurisation de l'emploi. Le gouvernement espère un accord entre les deux parties à la fin de la semaine.

Selon M. Thibault, le vote des salariés des Très petites entreprises qui ont placé la CGT en tête (29,5%) lors des élections professionnelles de décembre, "nous encourage à tenir bon sur nos positions à l'égard du patronat et à tenir bon aussi sur nos positions à l'égard du gouvernement".

"Nous trouvons là un point d'appui important aux prises de position de la CGT", a souligné M. Thibault dans ses derniers vœux en tant que numéro un de la CGT. L'ex-cheminot, qui dirige le premier syndicat français depuis bientôt 14 ans, quittera ses fonctions en mars, lors du 50e Congrès de la centrale, cédant le témoin à son successeur désigné, Thierry Lepaon.