Peltier : cherche-t-on à "asphyxier" l'UMP ?

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
L'initiateur du mouvement de la Droite forte, Guillaume Peltier, le 18 novembre 2012 au siège de l'UMP à Paris [Francois Guillot / AFP/Archives]
L'initiateur du mouvement de la Droite forte, Guillaume Peltier, le 18 novembre 2012 au siège de l'UMP à Paris [Francois Guillot / AFP/Archives]

L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy et initiateur du mouvement de la Droite forte, Guillaume Peltier, se demande si on ne "cherche pas à asphyxier" l'UMP après le rejet des comptes de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, par la commission des comptes (CNCCFP), dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France samedi.

"Cherche-t-on à asphyxier le premier parti d'opposition? J'espère que derrière toutes ces décisions, il n'y a pas une volonté du PS de manière directe ou indirecte", s'interroge Guillaume Peltier, également secrétaire national à l'UMP.

Et celui-ci de constater: " deux poids, deux mesures". "D'un côté on exige que l'UMP intègre ses dépenses dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, mais de l'autre on ne demande pas au Parti socialiste d'intégrer celles des primaires dans les comptes de François Hollande", note-t-il.

L'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy souligne qu'il "n'y a aucune règle en la matière" et pense que "le législateur devrait combler ce trou."

Enfin, si le rejet est confirmé, Guillaume Peltier reconnaît que "ce ne serait pas une bonne nouvelle dans l'immédiat" pour les finances du parti avant de conclure: "mais je n'ai aucun doute sur la solidité de nos finances dans le long terme. Les adhésions continuent de grimper."