Trois femmes kurdes exécutées d'une balle dans la tête à Paris

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le centre d'information du Kurdistan à Paris.[Capture écran Google Map]

Trois femmes kurdes ont été retrouvées mortes dans la nuit de mercredi à jeudi, tuées chacune d'une balle dans la tête, dans les locaux du centre d'information du Kurdistan de Paris dans le Xe arrondissement, a-t-on appris de source policière.

Les corps ont été découverts peu avant 02h00 du matin dans cet institut. La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été chargée de l'enquête. "La scène peut laisser penser qu'il s'agit d'une exécution, mais l'enquête devra éclaircir les circonstances exactes de ce drame", a déclaré une source policière. 

"Selon des sources kurdes, des armes munies de silencieux auraient été utilisées", affirme dans son communiqué la Fédération des associations kurdes de France. 

Selon le responsable du centre Léon Edart, une des victimes nommée Fidan Dogan était présidente du centre d'information. La Fédération des associations kurdes de France a annoncé que les deux autres victimes étaient Sakine Cansiz, "une des fondatrices du PKK", et Leyla Soylemez, "une jeune activiste".

L'homme qui s'est confié à l'AFP révèle que les femmes étaient seules dans les locaux du centre d'information, mercredi après-midi.

Plus de 200 personnes de la communauté kurde se sont rassemblées au 147 rue La Fayette, devant les locaux.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, est arrivé sur place. "Soyez assurés de la détermination française pour faire avancer l'affaire", a-t-il annoncé. L'élu a déclaré que l'objectif était de "faire toute la lumière sur cet acte tout à fait insupportable".