Budget

Steeve Briois le maire FN d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) le 30 mars 2014 à la mairie de la ville  [Philippe Huguen / AFP/Archives]

Hénin-Beaumont : la municipalité FN baisse la taxe d'habitation

La municipalité Front national d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) va baisser de 10% la taxe d'habitation, mesure phare du budget 2014 qui sera compensée par un "vaste plan d'économies", a annoncé jeudi le maire, Steeve Briois.

Lire la suite
Le Premier ministre Manuel Valls visite une usine à Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure-et-Loir), le 24 avril 2014  [Fred Dufour / AFP]

Déficit : les Français sceptiques face au plan Valls

Une majorité de Français est sceptique à l'égard de la capacité du plan d'économies du Premier ministre Manuel Valls de ramener le déficit budgétaire à 3% du PIB en 2015, selon un sondage Tilder-LCI-OpinionWay.

 

Lire la suite
Le Premier ministre Manuel Valls, le 23 avril 2013 à l'Elysée, à Paris [Alain Jocard / AFP/Archives]

Une "mesure forte" en faveur des retraités modestes

Manuel Valls a confirmé jeudi, lors d'une visite d'usine à Saint-Lubin-des-Joncherets (Eure-et-Loir), qu'une "mesure forte" serait prochainement prise en faveur des retraités modestes, en dépit du plan d'économies gouvernemental de 50 milliards d'euros.

 

Lire la suite
La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, le 22 avril 2014 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP]

Touraine se dit "très sensible" à la demande d'un geste pour les petites retraites

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, s'est dite jeudi "très sensible" à la revendication de certains députés socialistes de revenir sur le gel des petites retraites, avec lesquels elle espère trouver un "point d'entente".

Lire la suite

Le déficit à bras-le-corps

Le gouvernement a dévoilé hier sa stratégie budgétaire pour réduire le déficit à 3 %. Il mise sur la croissance et un vaste plan d’économies.

 

Lire la suite
Pascal Cherki, député PS le 10 septembre 2013 à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives]

Les frondeurs du PS ne veulent pas rendre les armes sans combattre

La minorité de députés PS frondeurs, qui s'était rebellée la semaine dernière contre le plan d'économies, restait critique mercredi après la présentation du programme de stabilité, certains d'entre eux affirmant même qu'ils ne le voteraient pas le 29 avril.

Lire la suite
Le ministre des Finances Michel Sapin le 3 avril 2014, à Paris [Eric Piermont / AFP/Archives]

Paris veut restaurer sa crédibilité budgétaire

Restaurer sa crédibilité budgétaire en Europe, en espérant que la croissance suive et que les marchés jouent le jeu: le pari du gouvernement français est osé, selon les économistes.

Lire la suite
Les ministres des Finances Michel Sapin (à droite) et du Budget Christian Eckert ont annoncé que près de la moitié des 50 milliards d'économies seraient concentrés sur 2015, lors d'une conférence de presse au ministère de l'Economie, à Paris, le 23 avril 2014 [Eric Piermont / AFP]

Economies: 21 milliards réalisés en 2015, 16 milliards en 2016 et 13 milliards en 2017 (Eckert)

Le gouvernement a décidé de concentrer près de la moitié des 50 milliards d'économies sur 2015, avec un effort de 21 milliards, avant 16 milliards en 2016 et 13 en 2017, a assuré mercredi le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert.

Lire la suite
Manuel Valls, Marisol Touraine et  Michel Sapin le 16 avril 2014 à la sortie du Conseil des ministres à l'Elysée à Paris [Patrick Kovarik / AFP/Archives]

Prévision d'un taux de dépense publique à 56,7% du PIB

Le gouvernement prévoit que la dépense publique n'augmente plus que de 0,1% par an jusqu'en 2017 alors qu'elle a progressé de 0,8% entre 2011 et 2013, réduisant sa part dans le Produit intérieur brut de 56,7% en 2014 à 53,5% à la fin du quinquennat.

Lire la suite
Jean-Marie Le Guen à son arrivée le 10 avril 2014 à Matignon à  Paris [Martin Bureau  / AFP/Archives]

Le Guen: s'opposer au programme de stabilité serait "affaiblir la France"

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, a averti les parlementaires socialistes qui voteraient contre le programme de stabilité du gouvernement qu'ils "affaibliraient la position de la France et de l'exécutif", ce que "la gauche" ne peut "se permettre."

Lire la suite
François Hollande devant la statue de Jaurès le 16 avril  2012 à Carmaux [Eric Cabanis / AFP/Archives]

Hollande à Carmaux pour un hommage à Jaurès sur fond de rigueur

Lire la suite
Le ministre des Finances Michel Sapin lors des questions au gouvernement le 16 avril 2014 à l'Assemblée nationale à Paris  [Jacques Demarthon / AFP]

Déficits, croissance: le gouvernement anonce la couleur jusqu'en 2017

Le gouvernement français doit livrer mercredi ses prévisions budgétaires pour les trois prochaines années, soit jusqu'à la fin du quinquennat, sur fond d'âpre débat sur la baisse des dépenses publiques.

Lire la suite
Didier Migaud le 11 février 2014 à Paris [Thomas Samson / AFP]

Croissance: le Haut conseil des Finances valide les espoirs du gouvernement

Le Haut conseil des finances publiques a jugé mercredi que la prévision de croissance du gouvernement, soit 1% en 2014 était "réaliste", et que sa projection de 1,7% pour 2015 n'était pas "hors d'atteinte".

Lire la suite
Jérôme Cahuzac le 23 juillet 2013 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives]

Cahuzac : Entrer au gouvernement, "l'erreur de ma vie"

Après plusieurs mois de silence, Jérôme Cahuzac estime, dans le numéro de mai du magazine Vanity Fair, avoir commis une "énorme connerie" en ouvrant son compte en Suisse, mais pour lui, la vraie "erreur" de sa vie a été d'accepter, dans ces conditions, d'entrer au gouvernement.

Lire la suite
Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Bruno Le Roux avec le Premier ministre Manuel Valls et le ministre des relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen, à l'Assemblée nationale, le 16 avril 2014 [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

Plan d'économies : le PS hausse le ton

Les députés socialistes reçus mardi après-midi à Matignon haussent le ton face à Manuel Valls pour qu'il allège les dispositions de son plan de 50 milliards d'économies en faveur des ménages modestes.

Lire la suite
Le ministre de l'Economie (à gauche) Arnaud Montebourg, et le ministre des Finances Michel Sapin, à Lyon le 22 avril 2014 [Philippe Desmazes / AFP]

Croissance: Sapin confirme une prévision à 1% en 2014, 1,7% en 2015

Le ministre des Finances Michel Sapin a confirmé mardi que le gouvernement prévoyait 1% de croissance en 2014 et que 1,7% en 2015 lui paraissait "raisonnable", devant des journalistes lors d'une visite d'entreprise près de Lyon.

Lire la suite
La députée socialiste Valérie Rabault en août 2013 à La Rochell

Rabault : "Les femmes doivent s'exprimer sur l'économie"

Pressentie pour entrer au gouvernement, la députée de Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault, a finalement été élue rapporteure générale du budget à l’Assemblée. A ce poste crucial, qu’aucune femme n’avait occupé avant elle, l’économiste veut notamment faire avancer les discussions sur la préservation du pouvoir d’achat.

 

Lire la suite
Le Premier ministre Manuel Valls à Matignon en réunion avec les représentants syndicaux le 17 avril 2014 [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]

Plan d'économies : Valls va recevoir les radicaux de gauche

Manuel Valls va rencontrer mercredi une délégation des députés radicaux de gauche qui souhaitent une inflexion du plan d'économies sur le gel des petites retraites, a indiqué lundi leur président Roger-Gérard Schwartzenberg.

 

Lire la suite
Le président par intérim de l'UDI, Yves Jégo, le 14 avril 2014 à Strasbourg [Patrick Hertzog / AFP/Archives]

L'UDI va proposer un "contre-pacte" de 80 milliards d'économies

L'UDI va proposer mardi un "contre-pacte" de 80 milliards d'économies, a annoncé dimanche son président par intérim Yves Jégo, lors du grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

Lire la suite
Le président français Francois Hollande (d) et son Prmeier ministre Manuel Valls (g) au Palais de l'Elysée le 4 avril 2014 à Paris, en France [Alain Jocard / AFP/Archives]

Hollande-Valls, un tandem à haut risque

Le duo exécutif formé par François Hollande et Manuel Valls se veut "fusionnel" mais l'attelage est à haut risque pour l'un comme pour l'autre avec, en ligne de mire, la présidentielle de 2017 qui pourrait aiguiser les rivalités.

Lire la suite