Gabart l'emporte et pulvérise le record

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le Français François Gabart à son arrivée victorieuse du Vendée Globe à la voile le 27 janvier 2013 aux Sables-d'Olonne
Le Français François Gabart à son arrivée victorieuse du Vendée Globe à la voile le 27 janvier 2013 aux Sables-d'Olonne [Damien Meyer / AFP]

A seulement 29 ans, le skipper charentais François Gabart a coupé en tête, hier à 15h18, la ligne d’arrivée de la 7e édition du Vendée Globe.

Et pour son premier tour du monde à la voile en solitaire sans escale et sans assistance, le skipper de Macif n’a pas fait les choses à moitié.

Le Finistérien a bouclé son périple, débuté le 10 novembre dernier, en 78 jours 2 heures et 16 minutes, pulvérisant de six jours et 53 minutes lerecord établi en 2008-2009 par Michel Desjoyeaux sur Foncia quatre ans plus tôt (84 jours 3 heures et 9 minutes).

Un duel haletant avec Le Cléac’h
 

Il n’a devancé que de trois heures et dix-sept minutes – le plus petit écart de l’épreuve entre le premier et son second- aux Sables d’Olonne (Vendée) son principal concurrent, Armel Le Cléac’h (Banque Populaire) avec lequel il s’est tiré la bourre tout au long des 24 000 milles (44 000 kilomètres) de course.

Au coude à coude jusqu’au Cap Horn, Gabart a fait la différence dans la dernière ligne droite et la remontée de l’océan Atlantique, malgré le passage délicat du Pot au Noir.

«Ce qu’on a vécu tous les deux, c’est quelque chose d’exceptionnel. Toute l’intensité qu’il y a eue pendant ces trois mois c’est grâce ou à cause d’Armel», a-t-il affirmé après avoir longuement serré dans ses bras sa femme Henriette.

Le désormais plus jeune vainqueur de l’histoire du Vendée Globe devrait se voir remettre la somme de 160 000 euros, contre 100 000 euros pour Armel Le Cléac’h.

Le prix d’efforts considérables et d’un travail acharné.