Philippe de Roux : "Le mariage gay ne fait pas l'unanimité au PS"

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Les "Poissons Roses" réclament la convocation d'états généraux du mariage
Les "Poissons Roses" réclament la convocation d'états généraux du mariage[MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Philippe de Roux est membre du Parti socialiste et le "poisson-pilote" des Poissons Roses, un mouvement de gauche engagé au sein du PS.

Les Poissons Roses ont signé une contribution thématique en vue du prochain congrès du Parti socialiste, qui traite notamment des questions éthiques et familiales. Ce mouvement, qui revendique 700 adhérents, prend position sur la question du mariage gay et réclame des "états-généraux du mariage".

 

Les déclarations de Christiane Taubira au sujet du mariage homosexuel publiées mardi matin dans La Croix vous ont-elles surpris ?

Non, pas du tout. Elles sont parfaitement en phase avec le point de vue que Dominique Bertinotti (ministre déléguée en charge de la famille, NDLR) avait exposé à l'université d'été de La Rochelle où nous étions présents. L'argument essentiel, c'est l'égalité. Nous, nous réclamons un débat. Nicolas Sarkozy avait fait du mariage gay un point de clivage.

Pour notre part, nous refusons d'en faire une question partisane. Organisons des états généraux et prenons le temps de poser de bonnes questions. On entend souvent : "Il vaut mieux qu'un enfant soit adopté par deux homos qui s'aiment que par deux hétéros qui ne s'aiment pas". Nous répondons par une question : "Les services sociaux sont-ils discriminatoires en proposant en priorité à un enfant à adopter un couple stable formé d'un homme et d'une femme ?".

 

Vous parlez d'une "barrière mentale"

Oui, c'est un phénomène que l'on constate régulièrement sur cette question en particulier. Il est très difficile d'avancer des arguments de raison, de justice, ou encore de raisonner du point de vue des droits de l'enfant. Si l'on éprouve quelques réticences à voir le mariage étendu aux personnes homosexuelles, alors on se dit : "Je suis méchant, je suis discriminant".

Il faut sortir de cela. Nous considérons que les personnes homosexuelles sont une richesse pou tous - à l'instar d'un Michel Ange, d'un Proust ou d'un Max Jacob - pour autant nous ne voulons pas contourner un vrai débat sur le mariage républicain dont les valeurs sont, je vous le rappelle, l'altérité, le brassage des familles et le goût de la différence et de l'engagement durable.

 

Comment imaginez-vous ces "états-généraux du mariage et de la précarité familiale" que vous appelez de vos voeux ?

Il faut réunir des associations homosexuelles et familiales, des psychologues, des représentants des religions, des représentants du monde politique et des citoyens, et prendre le temps de la réflexion et de l'écoute. Posons toutes les questions. On peut trouver légitimes certaines demandes issues des personnes homosexuelles, notamment du point de vue législatif ou fiscal, sans pour autant toucher à ce symbole fort qu'est le mariage. J'en ai marre des anathèmes.

Entre les tenants d'une vision incantatoire du progrès et ceux qui voient un blasphème dans le moindre geste en direction des homosexuels. Il faut sortir ce débat du terrain religieux où il n'a rien à faire. 

 

Le débat aura vraiment lieu au PS ?

Oui, j'en suis sûr. Nous en parlons régulièrement avec des figures éminentes et le mariage homosexuel ne fait pas l'unanimité au sein du PS. Comme il ne fait pas l'unanimité au sein de la communauté homosexuelle, à supposer que l'on puisse parler d'une communauté.

 

Lire aussi : 

Le mariage homosexuel, le sujet qui divise l'UMP

La contribution des Poissons Roses en vue du Congrès de Toulouse