Les journaux du groupe Ebra pourraient mutualiser leurs informations générales

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le PDG France du Crédit Mutuel Michel Lucas lors d'une conférence de presse sur le groupe Ebra le 25 février 2011 à Strasbourg, dans l'est[AFP/Archives]

Le groupe Ebra (Crédit mutuel) a un projet de mutualisation des informations générales de ses journaux, selon une information du quotidien La Croix à paraître vendredi, confirmée par un responsable d'un journal du groupe, qui va du Dauphiné libéré aux Dernières nouvelles d'Alsace.

Ce "bureau parisien" unique fournirait des informations nationales et internationales aux journaux du groupe, a confirmé cette source à l'AFP, ce qui pourrait entraîner la suppression des services d'informations générales des différents titres.

Ce projet doit être présenté vendredi en comité d'établissement du Progrès, journal du groupe basé à Lyon, révèle La Croix, selon lequel les sept personnes du service seraient réintégrées dans d'autres ou pourraient intégrer le "bureau parisien". Celui-ci devrait compter une quinzaine de journalistes des titres d'Ebra, a confirmé la source interrogée par l'AFP.

"Une concurrence multiforme marquée par l'émergence de nouveaux médias hyperlocaux compromet notre modèle économique et bouleverse nos modes de travail", argumente la direction d'Ebra, dans un document que s'est procuré La Croix.

"Ce projet consiste à unir les forces des titres de notre association de journaux, afin de proposer la meilleure offre de contenus d'informations générales sur des supports numériques et papier", qui "doivent se distinguer du traitement de l'AFP et des supports gratuits", selon ce document.

"On anticipe une mutation de l'AFP qu'on ne connaît pas", a précisé la source interrogée par l'AFP, évoquant les craintes de mise à disposition directe par l'agence de ses dépêches auprès du grand public. "L'idée, c'est moins de se passer de l'AFP parce que c'est trop cher que d'anticiper cette évolution", croit savoir ce responsable.

"Il y a la volonté d'aller à un bon rythme", a précisé cette source, évoquant une possible mise en fonctionnement du bureau parisien dès octobre, dans un premier temps "à blanc", en doublon avec les services d'informations générales des différents titres du groupe.