Olivier Dupuy : "Le chocolat fonctionne comme un doudou"

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le chocolat fait de la résistance auprès des Français
Le chocolat fait de la résistance auprès des Français[MIGUEL MEDINA / AFP]

Aux grands maux, les bons remèdes. Le Salon du Chocolat, qui ouvre ses portes mercredi, mettra à l’honneur une gourmandise qui fait plus que se défendre face à la crise actuelle. Olivier Dupuy, directeur du département Consumer chez CSA, analyse cet attrait des Français.

Vous dévoilez un sondage sur les Français et le chocolat, qui démontre que ce petit plaisir résiste à la crise...

Dans ce contexte difficile, on a voulu s’intéresser aux petits plaisirs qui résistent dans le quotidien des Français : des produits alimentaires, du parfum, le coiffeur, le cinéma…Et les résultats nous ont montré que les Français restent très attachés au chocolat

Dans quelle proportion ?

C’est le premier enseignement du sondage : 31% des Français déclarent qu’ils n’ont pas envie d'arrêter leur consommation de chocolat. Il est le deuxième produit alimentaire du classement, derrière le café. Mais ce dernier est davantage un produit de consommation courante, alors qu’avec le chocolat, on est sur un produit « pur plaisir ».

Cet attachement va même au-delà…

Oui, car le chocolat se place dans le top 3 des produits pour lesquels les Français sont prêts à augmenter leurs dépenses si leur budget était en hausse à l'avenir.

Selon l’enquête, 14% des Français se disent accros au chocolat, en consomment tous les jours. Est-ce une solution anti-crise ?

Pour ces "accrocs", le chocolat fonctionne comme une sorte de doudou. Près de la moitié des Français disent en consommer comme solution contre la déprime. Une proportion qui grimpe à 75% parmi les accros. Et parmi ces derniers, 6 sur 10 affirment se sentir très bien dans leur vie sociale, soit davantage que la moyenne de la population.

Qui sont-ils, justement, ces accros ?

Ils se situent dans la moyenne des Français, au niveau de l’âge, du sexe, de la commune de résidence, des revenus. Par rapport au reste de la population, les accros du chocolat ont davantage une consommation de loisirs, comme les jeux vidéos, les jeux de grattage, les repas aux restaurants. Ce sont d’autres petits plaisirs, pour des gens qui profitent facilement des plaisirs de la vie.

Existe-il un produit ou un service équivalent, pour lequel les Français ne sont pas prêts à baisser leur consommation ?

Dans l'étude, "aller chez le coiffeur" fait partie des plaisirs que les Français ne veulent pas arrêter, mais ce n’est évidemment pas le même mode de consommation. C'est aussi un plaisir pour lequel ils disent avoir réduit leurs dépenses, ce qui n'est pas le cas du chocolat. Celui-ci est spécifique car sa consommation peut être quotidienne sans attendre un niveau de dépense très élevé, tout en étant un plaisir refuge face à la crise.