Le témoignage bouleversant du frère de Marina

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Les magistrats présidant le procès des parents de Marina
Les magistrats présidant le procès des parents de Marina, avant l'ouverture de l'audience le 11 juin 2012 au Palais de Justice de Mans[AFP/Archives]

Le frère aîné de Marina s'est exprimé devant la cour d'assises du Mans. Il évoque le calvaire de sa soeur retrouvée morte en septembre 2009. 

C'est à travers une système de visioconférence que le grand frère de Marina Sabatier (issu d'une première union de Virginie Sabatie) s'est exprimé devant la cour d'assise de la Sarthe.

Son beau-père et sa mère, parents biologiques de Marina, sont accusés d’actes de tortures et barbarie sur mineure de moins de 15 ans ayant entraîné la mort (lire le rappel des faits).

"Mon beau-père et ma mère ils battaient souvent Marina, nous on n'était jamais battu" a expliqué l'enfant de 13 ans. Il a poursuivi en évoquant les mensonges qu'il disait à l'école, sous la pression parentale, pour expliquer les nombreuses absences de Marina et "pour pas dire que Marina était battue".

Il dit avoir également menti pour dire que "Marina mangeait comme nous" alors que celle-ci, souvent privée de repas, volait de la nourriture à l'école. L'enfant a décrit les punitions de Marina souvent "au coin", "nue" (...) "toute une après-midi sans bouger", ou encore enfermée dans le sous-sol. Elle avait parfois les mains liées avec du scotch quand elle était au coin, et parfois sur la bouche parce qu'elle pleurait", d'après le témoin.

Il a également confirmé les punitions corporelles infligées à la fillette: "des claques, des coups de pieds, des coups de ceinture, des coups de poings" et parfois elle devait manger "les restes ou ce qu'elle vomissait". Quand elle pleurait, "elle se faisait taper plus, encore plus" a ajouté le témoin.

L'enfant s'est dit "en colère" et a l'impression "qu'on s'est servi de (lui)". "Je savais que c'était pas vrai" quand ses parents lui ont dit que Marina était chez une copine, alors que celle-ci était morte. "J'étais triste" a-t-il dit quand il a su que Marina était morte, tuée sous les coups de son beau-père.

Pendant l'audition de son fils, Virginie Sabatier, 33 ans, ne parvenait pas à soutenir le regard de son fils et regardait ses pieds. Son beau-père a fixé l'écran durant toute la retransmission de l'audition de l'enfant.

Lire également 

Une experte décrit le calvaire de Marina

Les avocats des parties civiles : "Marina aurait pu être sauvée 1000 fois"