Le bonus-malus dope les ventes de voitures écolos

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Une toyota Auris hybride au Salon de l'automobile à Paris.[JOEL SAGET / AFP]

En 2010, 4% des voitures neuves vendues en France étaient des véhicules avec des motorisations alternatives. Un niveau jamais atteint favorisé par le bonus écologique.

La matraque fiscale serait-elle la martingale pour convertir les particuliers aux voitures écologiques ? Une étude du Commissariat général au développement durable publiée aujourd'hui le laisse penser. En 2010, selon elle, 90 700 véhicules écolos ont été vendus, contre moins de 10 000 deux ans plus tôt. Or c'est précisément à partir de 2008 que le système de bonus-malus est entrée en vigueur pour inciter les particuliers à acheter des voitures émettant moins de CO2.

Hybride, GPL, GNV, électrique ou superéthanol, les motorisations alternatives ont trouvé leur public dans des proportions variables à ce moment-là. Mais en volume ce sont bien les modèles GPL et hybriques qui ont tiré le mieux leur épingle du jeu avec des volumes de ventes ascendants, corrigée ensuite il faut le rappeler comme toute la filière automobile par la fin de la prime à la casse fin 2010.

 

Le bonus fait planer le GPL

Ainsi les ventes de véhicules roulant au gaz de pétrole liquéfié (GPL) qui stagnaient depuis 2003 se sont envolées à partir de sa mise en place : de 2 300 en 2008, les immatriculations ont atteint 24 800 unités en 2009 puis 75 500 en 2010, soit 3,4 % des immatriculations neuves de l’année.

Mais la fin du bonus écologique exceptionnel de 2.000 euros pour les voitures roulant au GPL en 2011 a donné un coup de frein aux ventes. 11 900 immatriculations seulement GPL ont été enregistrées cette année-là.

Heureusement, les autres motorisations écologiques souffrent moins de l'effet d'aubaine du bonus-malus. Comme les voitures hybrides. Leurs immatriculations ont augmenté entre avril et décembre 2011 par rapport à la même période de 2010 : 12 500 contre 5 500, toujours grâce au soutien du bonus écologique.

 

Des ménages convertis

Car la nouveauté et le bénéfice du bonus-écologique, c'est bien que les particuliers et plus seulement les entreprises, se soient convertis aux voitures écolos. 62% des véhicules à motorisation alternative ont été achetés par des ménages.

 

Et toujours sur DirectMatin.fr

Le diesel plus économique : et si c'était faux ?