Une molécule pour stopper la chute des cheveux

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
L'Oréal Recherche a découvert une nouvelle molécule permettant d'endiguer la chute des cheveux.[AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ]

La calvitie, c'est bientôt fini. Des chercheurs des laboratoires de l’Oréal Recherche ont découvert une molécule qui permettrait de contenir la chute des cheveux. Plus besoin de médicaments ou d’implants, il suffirait de traiter  les cellules souches de la masse capillaire.

C’est la fin des méthodes capilotractées pour retrouver ses cheveux. Des chercheurs de l’Oréal Recherche ont découvert une molécule qui devrait intéresser 50% des hommes de plus de 50 ans.  La Stémoxydine a pour particularité de revitaliser directement les cellules souches des cheveux afin de contenir la chute de ces derniers. Point de comprimé à avaler pour le patient, il lui suffit d’appliquer une lotion concentrée à 5% de Stémoxydine pour observer des résultats probants.

Le laboratoire a réalisé un essai clinique en conviant 101 hommes de 18 à  55 ans, présentant une calvitie localisée, pour tester sa molécule. L’Oréal a expérimenté son produit sur 53 hommes et en trois mois, les sujets ont subi une chute moins conséquente de leurs cheveux. Mieux encore, la densité capillaire s’est révélée 4% plus importante pour les cobayes ayant utilisé le shampoing du laboratoire. Pour les 48 autres qui n’utilisaient qu’une solution hydroalcoolique, aucun changement notoire n’a été observé.

Une autre étude a été opérée en parallèle. Plus minutieuse, elle a traité le sujet du réveil du cheveu par la molécule Stémoxydine. Selon l’essai clinique, le traitement permettrait d’endiguer l’alopécie (ndlr : chute des cheveux) et de prolonger la durée de vie de la masse capillaire. Les racines des cheveux seraient reboostées, permettant au bulbe de recréer plus rapidement de nouveaux follicules. La chute des cheveux serait alors un temps stoppée après cette revitalisation. L’étude ne concerne pas que les hommes et pourrait intéresser les 30% de femmes touchées par la calvitie