Batailles pour le maintien et la course à l’Europe

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
L'équipe de Saint-Etienne. [Jean-Christophe Verhaegen / AFP]

La Ligue 1 n’a encore rendu totalement son verdict. Il reste deux journées pour le faire.

Si le PSG s’est assuré le titre de champion de France, l’OM qualifié directement pour la Ligue des champions, et enfin Brest s’est vu reléguer en Ligue 2 le week-end dernier, l’avant-dernière levée de la saison, samedi soir, pourrait aussi apporter son lot d’enseignements. En bas comme en haut du classement, avec la lutte pour le maintien et la course aux dernières places européennes.

Et en particulier la Ligue des champions. Quatre équipes peuvent encore prétendre y participer avec un avantage pour Lyon. Mais les Lyonnais se déplacent à Nice (qui se jouera dimanche en raison des fortes pluies), un concurrent direct, avec en toile de fond les retrouvailles avec Claude Puel, désormais sur le banc niçois. «Ça ajoute une saveur particulière à la rencontre», glisse Gueïda Fofana. Mais le milieu de terrain des Gones n’en oublie pas l’enjeu. «Ce match est décisif, on peut creuser l’écart avec eux». Et maintenir à distance Lille et Saint-Etienne. Car Lillois et Stéphanois n’ont pas dit leur dernier mot et verraient d’un bon œil un résultat nul.

A condition de faire le plein contre Montpellier et Marseille.  Le gain des trois points pour Nancy et Troyes, opposés à Bastia et Bordeaux, est également vital. Engluées dans la zone de relégation la majeure partie de la saison, les deux formations n’ont pas perdu espoir de se maintenir. «Nous sommes toujours en course», lance le président de l’ASNL Jacques Rousselot.

«On a encore une petite chance», indique de son côté l’attaquant troyen Marcos. Le moindre faux pas sonnerait le glas de leur aventure en Ligue 1. Surtout si l’Evian TG venait à bout de Valenciennes. Le scénario catastrophe à éviter.