Florent Manaudou, de la déception au rebond

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Florent Manaudou a décroché sa première médaille, le bronze, sur 50 m brasse, lors de la dernière journée des Mondiaux-2012 en petit bassin, le 16 décembre 2012 à Istanbul [Bulent Kilic / AFP]
Florent Manaudou a décroché sa première médaille, le bronze, sur 50 m brasse, lors de la dernière journée des Mondiaux-2012 en petit bassin, le 16 décembre 2012 à Istanbul [Bulent Kilic / AFP]

Quatre mois après l'euphorie des JO, Florent Manaudou a connu la déception avec l'argent sur sa distance, le 50 m libre, avant de donner la mesure de son talent avec une première médaille sur 50 m brasse, lors des Mondiaux-2012 en petit bassin, achevé dimanche à Istanbul.

Le nageur de 22 ans, qui n'avait encore jamais rien gagné avant l'or olympique l'été dernier à Londres, a été le seul de l'équipe de France, composée de 9 athlètes, à décrocher des médailles. Pour la première fois depuis les Mondiaux-2010 en petit bassin en décembre 2010, les Bleus rentrent sans titre d'un championnat.

Manaudou a participé à ses premiers championnats du monde et a pris l'argent sur 50 m libre après avoir été battu par un jeune Russe de 20 ans, Vladimir Morozov, qui s'annonce comme un très gros rival en sprint.

Déçu, il a réussi à se remotiver avec le 50 m brasse, une course très inhabituelle pour lui mais aussi pour les crawleurs. Il est devenu le 3e nageur de l'histoire à être médaillé en 50 m crawl et 50 m brasse lors des mêmes championnats du monde en petit bassin.

Et ça n'est encore jamais arrivé en grand bassin.

"Avec ma soeur (Laure Manaudou), on est très polyvalent. On a de la chance d'avoir des gènes assez différents des autres. Il me reste encore le 100 m, le 200 m, etc.", a-t-il commenté.

Son entraîneur s'est montré satisfait de son comportement durant cette compétition, et regarde encore plus confiant vers l'avenir.

"Il a appris énormément de choses pendant le 50 m libre. Il a fait un très bon rebond après pour préparer le 50 m brasse. Il a réussi 99% de tout ce que je lui avais demandé. Il prépare le futur de sa brasse sur le petit bassin. On verra après s'il est capable de le tenter sur du grand bassin, mais on va le tenter", a souligné Romain Barnier, qui n'avait que trois nageurs en lice à Istanbul.

La France avait fait le choix de venir en comité restreint. Seuls neuf nageurs ont fait le déplacement: 7 garçons, 2 filles.

A cela une raison essentielle: les Championnats d'Europe à Chartres (22-25 novembre), la première compétition internationale organisée en France depuis 25 ans. Il ne fallait donc pas manquer ce rendez-vous pour lequel 46 Bleus se sont préparés. Ils ont récolté 29 médailles, dont 12 en or, et un record du monde (Muffat sur 400 m nage libre).

Après un préambule obligatoire, les Championnats de France à Angers (15-18 novembre), il est apparu particulièrement difficile d'enchaîner sur un 3e rendez-vous, nerveusement et physiquement. Les deux champions olympiques Yannick Agnel et Camille Muffat ont renoncé.

"On est venu à Istanbul avec à l'esprit l'idée de bien performer, et on s'est rendu compte qu'on a du mal à rebondir après l'événement qu'on a vécu à Chartres", a commenté Frédérick Bousquet, 4e sur 50 m papillon.

L'Américain Ryan Lochte, lors de la demi-finale du 100 m quatre nages des Mondiaux en ptit bassin d'Istanbul, le 15 décembre 2012 [Mira / AFP]
Photo
ci-dessus
L'Américain Ryan Lochte, lors de la demi-finale du 100 m quatre nages des Mondiaux en ptit bassin d'Istanbul, le 15 décembre 2012
 

"On avait vraiment cette grande motivation après les Jeux où normalement il y a vraiment un grand vide, et ce vide, en fait, on le vit maintenant. C'est très difficile de se remotiver, quand on est finalement à l'événement principal de cet hiver", a souligné le nageur trentenaire, qui ne regrette pourtant pas d'être venu.

La star de ces Mondiaux a été l'Américain Ryan Lochte, 28 ans, qui a pris la relève du néo-retraité Michael Phelps. Il a glané 8 médailles, dont 6 en or, et battu 2 records du monde (sur 200 et 100 m 4 nages).

Le Russe Vladimir Morozov a créé la sensation sur 50 m et 100 m libre et s'annonce comme un très sérieux rival pour Florent Manaudou et Yannick Agnel. Le Sibérien de 20 ans, qui s'entraîne dans une université de Los Angeles (Etats-Unis) depuis 6 ans, a signé de gros chronos à Istanbul.

Sur 50 m libre, il a battu Manaudou (20.55 contre 20.88) et sur 100 m libre il s'est imposé en 45.65 avec près d'une seconde et demie d'avance sur l'Australien Tommaso d'Orsogna (46.80).