"Bien organiser l’euro 2016, c’est la mission du mandat"

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
A la tête de la FFF depuis 18 mois, Noël Le Graët brigue un nouveau mandat.
A la tête de la FFF depuis 18 mois, Noël Le Graët brigue un nouveau mandat.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours, mais... Noël Le Graët est bel et bien le grand favori à sa propre succession à la présidence de la Fédération française de football.

S’il «préfère rester prudent» avant l’élection de demain, où il sera opposé à François Ponthieu et Eric Thomas, l’ancien président de Guingamp devrait voir son mandat renouvelé pour quatre ans. Un mandat qui sera marqué par l’Euro 2016 en France. Une compétition dont Noël Le Graët veut faire sa priorité.

 

Etes-vous confiant quant à l’issue du scrutin ?

Il faut toujours se montrer méfiant. Il y a 18 mois, je n’étais pas favori mais ça ne m’a pas empêché de gagner. Cette fois, il semblerait que je sois favori donc je préfère rester prudent. Une élection avec beaucoup de votant n’est jamais jouée d’avance.

 

Comment avez-vous accueilli le retrait de Christophe Bouchet ?

Il n’est plus candidat, il n’a pas fait de liste. Je ne sais pas s’il aurait pu être un concurrent sérieux car il est parti en courant…

 

Quel regard portez-vous sur vos deux adversaires ?

Je connais bien François Ponthieu puisqu’il a été président de la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) pendant près de douze ans. C’est quelqu’un de sérieux et rigoureux qui aime le football. Eric Thomas est président de l’Association française de football amateur (Affa) mais aussi vice-président et entraîneur du club de l’AS Montlouis-sur-Loire. Il connait bien et il est motivé par le football amateur.

 

Quels sont les grands axes de votre projet ?

Il y a d’abord l’Euro 2016 qui est un évènement important pour le pays. Bien organiser, c’est la mission du mandat. On va tout mettre en œuvre pour réaliser une belle fête du football en France. Ensuite, il y a les différentes équipes nationales. A commencer par les A avec la qualification pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Mais aussi l’Euro 2013 en Suède pour les Bleues. Sans oublier le championnat du monde des U20 en Turquie au mois de juin. Nos équipes sont sur tous les fronts, c’est un rôle important pour la Fédération.

 

N’y-t-il pas la volonté de redorer l’image du football français ?

Elle n’est pas si mauvaise. Il n’y pas de secret. Il suffit que l’équipe de France gagne des matchs pour la redorer. Le football dans son ensemble est toujours très attractif. Les parents continuent de confier leurs enfants aux écoles de football sur tout le territoire. Nous n’avons d’ailleurs jamais eu autant d’enfants que cette année.

 

Etes-vous justement satisfait des résultats des Bleus ?

Ça va mieux même si ça reste encore fragile. Le match nul décroché en Espagne a changé la vision future car il nous permet d’être en position pour terminer premier du groupe avant de recevoir les Espagnols au mois de mars. Ce match sera capital. Pour résumer, on est relancé mais il faut rester prudent. Est-ce qu’on est redevenu compétitif ? Je n’ai pas encore de réponse.

 

Ces performances sont en grande partie dues au travail de Didier Deschamps que vous pourriez prolonger même en cas de non-qualification pour le Mondial 2014…

Dans son contrat, il est indiqué qu’il sera automatiquement renouveler pour deux ans en cas de qualification. Dans le cas contraire, il y aura une discussion. Mais il est encore trop tôt pour évoquer le sujet. Le plus important, ce sont les qualifications.

 

Si les Bleus vont mieux, ce n’est pas le cas des Espoirs…

Oui mais il y a les U20 qui vont disputer la Coupe du Monde en Turquie cet été. C’est pratiquement la même catégorie d’âge. Pour en revenir aux Espoirs, on a tout simplement perdu sportivement contre une équipe de Norvège qui a été meilleure que nous.

 

Quand le nouveau sélectionneur sera-t-il nommé ?

Si je suis réélu, il devrait être désigné entre avril et mai… Il faudra attendre ce moment-là pour en savoir plus.

 

Les Bleues ont elles aussi un rendez-vous important au mois de juillet…

L’Euro, c’est toujours une compétition difficile avec des équipes comme l’Allemagne, la Suède, l’Angleterre et d’autres encore. Mais elles sont 5e au classement Fifa, ce qui est remarquable. Elles ne cessent de progresser, elles jouent bien et elles sont attachantes. Et les retombées sont bénéfiques en termes de licenciées. Développer le football féminin fait d’ailleurs partie de nos objectifs. On est encore très loin de certains pays comme l’Allemagne. Mais on est qu’au début d’une belle aventure.

 

L’Euro 2020 va se disputer dans toute l’Europe. Que pensez-vous de cette décision ?

Pour fêter les 60 ans de l’UEFA, je trouve cette décision très bonne. Mais les compétitions suivantes, je ne partage pas cette option. Il serait préférable de revenir à un ou deux pays hôtes.

 

Des villes françaises seraient-elles susceptibles d’accueillir des matchs ?

On n’en est pas encore là mais il est probable qu’il y aura une candidature française.