Dopage : le rapport qui accable Lance Armstrong

Par Direct Matin avec AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Lance Armstrong
Lance Armstrong.[GABRIEL BOUYS / AFP]

Le septuple vainqueur du Tour de France, Lance Armstrong, et l'équipe cycliste US Postal avaient "monté le programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport", a affirmé l'Agence américaine andidopage (Usada).

Le directeur de l'Agence, Travis T. Tygart, n'épargne pas le cycliste, aujourd'hui à la tête d'une richissime fondation de lutte contre le cancer. S'appuyant sur un rapport de plus de 1.000 pages, l'Usada évoque des "preuves accablantes" de "l'utilisation, la possession et la distribution par Lance Armstrong de produits améliorant la performance". Les preuves confirment "la triste vérité sur la tricherie mise en place par l'US Postal", ajoute l'Agence.

Le rapport, qui doit être mis en ligne par l'Usada dans la journée sur son site, a d'ores et déjà été envoyé à l'Union cycliste internationale (UCI), à l'Agence mondiale antidopage (AMA) et à la Fédération internationale de triathlon (Lance Armstrong s'était reconverti dans ce sport après l'arrêt de sa carrière de cycliste, NDLR).

Dénonçant un système monté par "des individus qui se croyaient au-dessus des lois et qui jouent toujours un rôle majeur dans le sport", le directeur de l'Agence américaine antidopage a souligné avoir obtenu les témoignages sous serment de 26 personnes, "dont 15 coureurs ayant eu connaissance des activités de dopage au sein de l'US Postal".

 

Des témoignages inédits

Parmi les 15 coureurs figurent 11 anciens coéquipiers de Lance Armstrong, notamment Tyler Hamilton, George Hincapie, Floyd Landis, Levi Leipheimer ou encore Frankie Andreu.

Dans un communiqué, George Hincapie, reconnaît officiellement s'être dopé. "C'est extrêmement difficile pour moi aujourd'hui de reconnaître que durant une partie de ma carrière, j'ai fait usage de substances interdites", indique le coureur qui vient de mettre un terme à sa carrière. "Au début de ma carrière professionnelle, il était devenu clair qu'avec l'usage répandu de produits favorisant la performance parmi les meilleurs, il n'était pas possible de concourir au plus haut niveau sans y recourir", souligne-t-il également.

Le directeur de l'Usada s'est réjoui que "la loi du silence" qui entourait le dopage dans le cyclisme "soit enfin brisée". Travis T. Tygart a souligné "le courage énorme dont ont fait preuve les coureurs de l'US Postal "pour avance et dire la vérité".

Il a également plaidé pour un "programme vérité et Réconciliation" qui permettrait aux coureurs ayant témoigné de ne pas subir de sanctions trop lourdes. "Permettre à des coureur comme ceux-ci de témoigner est la seule solution pour démanteler véritablement ce système qui a permis l'ère florissante de l'EPO et du dopage sanguin", a-t-il ajouté.

 

Colère de l'avocat d'Armstrong

De son côté, l'avocat de Lance Armstrong n'a pas caché sa colère critiquant par avance le rapport et accusant l'Usada d'avoir agi à la fois "comme procureur, juge, jury, cour d'appel et bourreau". Selon lui, l'Agence présente des versions "biaisées et partiales".

"Je me moque de ce qui dit Travis Tygart. Les chrétiens se battant contre les lions à Rome avaient un meilleur sort que les athlètes avec l'Usada. C'est un système complètement truqué. Les documents sont largement basés sur des parjures en série, des témoignages forcés, d'ententes préalables et d'histoires racontées sous la menace", a encore réagi Me Tim Herman.

Lance Armstrong, s'est lui montré plus calme sur son compte Twitter, accueillant la nouvelle plutôt sereinement. "Ce que je fais ce soir ? Je suis avec ma famille, non affecté…", a-t-il ainsi posté sur le réseau social.

Armstrong avait été radié à vie fin août du sport de compétition par l'Usada, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept succès dans le Tour de France.

 

Et aussi sur DirectMatin.fr : 

Armstrong, la chute d'un sportif hors normes

Des palmarès en lambeaux avec l'affaire Armstrong