OM-OL : un choc à répercussions

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
OM-OL, un choc à répercussions[ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP]

La Coupe de la Ligue a un statut bien particulier en France. C’est toujours la compétition qu’un entraîneur de Ligue 1 coche en dernier sur son calendrier, celle où il va pouvoir faire tourner son effectif, et avec un peu de chance, passer quelques tours. Ou pas, sans que cela ne le chagrine outre mesure. Jusqu’à se retrouver un beau jour en position de la gagner, moment où le discours change de façon radicale. L’affiche de 2012 entre Lyon et Marseille, ce soir au Stade de France, ne déroge pas à la règle. Mieux encore, ça fait longtemps qu’on n’a pas vu deux équipes avec autant de raisons de prendre cette finale très au sérieux.

Lyon, rouvrir l’armoire à trophées

Côté lyonnais par exemple ? Un succès mettrait fin à une disette de quatre ans sans titre, depuis le doublé Coupe de France-championnat en 2008. Une nouvelle Coupe de la Ligue, onze ans après la première, et unique, ferait très plaisir au président Aulas, qui n’a toujours pas pardonné cette traversée du désert à Claude Puel, en témoigne une interview donnée au Progrès hier. «Je lui en veux parce qu’en ne gagnant rien à la tête du club, il a jeté le doute sur la capacité de l’OL à être performant.» Alexandre Lacazette, dernière trouvaille du centre de formation, relaie la parole présidentielle : «C’est sûr que ça ferait du bien, au club et aux supporters aussi. Cela permettrait aux joueurs qui n’ont rien gagné avec Lyon de ne pas être venu pour rien et de repartir avec au moins un trophée au palmarès.» L’international espoir peut toutefois se rassurer en se disant qu’en cas d’échec demain, l’OL aura une deuxième chance au grattage avec la finale de la Coupe de France face à Quevilly le 28 avril. Sans oublier que les Lyonnais, en pleine bourre actuellement (six victoires en sept rencontres), peuvent toujours espérer accrocher le podium de L1.

Marseille, gagner à tout prix

Des problèmes de riche, finalement, du point de vue marseillais. Gagner une Coupe de la Ligue, les Phocéens, détenteurs des deux dernières, savent ce que c’est. Sauf que cette année, ce trophée «de complément» a pris une importance vitale pour eux. Une qualification européenne par le biais du championnat, où l’OM pointe à la 9e place, est devenue utopique pour une formation qui n’a plus gagné depuis douze matchs. Ne reste qu’une solution pour voir la Ligue Europa : gagner demain soir.

Dans un choc qui opposera les deux équipes françaises les plus sollicitées cette saison avec 49 rencontres chacune, Marseille n’aura plus l’excuse de la fatigue. Humilié par le leader héraultais en milieu de semaine (1-3), l’OM a-t-il au moins les ressources mentales pour enrayer la spirale négative dans laquelle il est plongé depuis deux mois ? Plus grand monde ne semble y croire.