Manif anti-mariage gay : Assouline met en garde

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le porte-parole du PS, David Assouline, le 15 mai 2012 au Palais de l'Elysée à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]
Le porte-parole du PS, David Assouline, le 15 mai 2012 au Palais de l'Elysée à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]

David Assouline, porte-parole du PS, a mis en garde lundi contre la "récupération politique" de la manifestation dimanche contre le mariage gay, dénonçant également l"instrumentalisation" par la droite du débat à l'école et du changement de passeport de Gérard Depardieu

"On assiste? à la veille d'une manifestation" contre le projet de mariage gay "à une tentative d'instrumentalisation, je diraiS même de récupération politique", a-t-il déclaré lors du point presse hebdomadaire du PS.

"Que ceux qui sont opposés au mariage pour tous manifestent pour le dire, quoi de plus légitime ! Mais je veux mettre en garde à ce qui peut ressembler de plus en plus à une manifestation UMP, voire une manifestation UMP-canal Jean-françois Copé, ou à une manifestation UMP-Front national", a-t-il poursuivi.

Selon M. Assouline, "ce n'est pas bon que sur un tel débat, on puisse essayer de redorer son blason après quelques semaines d'affrontements violents au sein d'une famille politique (...) On voit bien que la connotation de cette manifestation est en train d'être détournée à des fins de récupération politicienne".

Sur ce sujet, il a également dénoncé "ceux qui tels des pompiers pyromanes ont tenté tout au long du weekend d'instrumentaliser le débat, tout à fait légitime, sur le mariage pour tous, pour tenter de rallumer une querelle scolaire ou une querelle qui viserait plus particulièrement l'école catholique".

Selon lui, le ministre de l'Education, Vincent Peillon, est "tout à fait dans son rôle" et sa lettre aux recteurs et rectrices avait pour "objet de donner quelques principes et une ligne pour l'ensemble de ce qui est sous la tutelle directe ou indirecte du ministère de l'Education nationale". Ses mots "sont clairs et devraient rassembler".

Par ailleurs, le sénateur de Paris a dit sa "tristesse" après la remise de son passeport russe au comédien gérard Depardieu, qu'il a, "comme beaucoup de socialistes" aimé en tant que "comédien" et pour ses "prestations". Il a encore à cette occasion dénoncé une instrumentalisation de ce cas par la droite "pour stigmatiser la politique fiscale du gouvernement".

"Faire gloire à un régime, en Russie, qui ne brille pas par son respect de la démocratie (...) ce n'est pas rendre service à l'image que l'on avait de Depardieu ni à l'image de la France", a-t-il aussi dit.

"Je vois que la droite cherche à se servir de ce qui est triste, tout simplement", a regretté le porte-parole.