Hollande sur le front de l'emploi à Rungis

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
François Hollande salue des employés au marché de Rungis, le 27 décembre 2012 [Benoit Tessier / POOL/AFP]
François Hollande salue des employés au marché de Rungis, le 27 décembre 2012 [Benoit Tessier / POOL/AFP]

"Le président doit être là pour faire comprendre aux Français que le pays est dirigé", déclare François Hollande devant un étal de fruits. Pour faire passer son message, le chef de l'Etat a choisi jeudi le marché de Rungis, investi dès potron-minet.

Une "visite surprise" avec un minimum de journalistes autour de lui pour "aller au plus proche des Français", explique son entourage, et frapper aussi les esprits. Avec une popularité en berne, autour de 40%, et l'annonce probable le jour même d'un 19e mois de hausse consécutive du chômage en novembre, François Hollande et son gouvernement se veut "sur le pont".

Pas question donc de rééditer l'épisode fâcheux des vacances d'été, quand le président avait pris quinze jours en août, prêtant le flanc à de vives critiques. Dès la veille de Noël, l'Elysée a pris soin d'indiquer que le chef de l'Etat serait au travail "quotidiennement" pendant les fêtes.

"L'année, c'est 365 jours, donc ceux qui ont la responsabilité à la tête du pays se doivent d'être présents 365 jours", observe-t-il lui-même dans les allées de Rungis.

François Hollande discute avec une employé au marché de Rungis, le 27 décembre 2012 [Benoit Tessier / POOL/AFP]
Photo
ci-dessus
François Hollande discute avec une employé au marché de Rungis, le 27 décembre 2012
 

Arrivé vers 04h30, le président entame sa visite du premier marché mondial des produits frais par le pavillon des "tripes et des abats" où il applaudit la préparation énergique d'une tête de veau "en une minute chrono". Cinq heures plus tard, il achève son marathon par une généreuse entrecôte-frites, dévorée à l'heure où les Français avalent encore leur café-croissant.

Le jour où les derniers chiffres des inscrits à Pôle Emploi seront connus, François Hollande est ainsi sur le terrain pour défendre sa politique économique. Mais si les employés se pressent pour être pris en photo à ses côtés, les grossistes, mis à part les Corréziens, se montrent plus distants.

Rungis est une terre de mission pour la gauche et le président Hollande le sait fort bien. L'épicurien Jacques Chirac y était un peu chez lui. Et Nicolas Sarkozy en avait fait une plate-forme de tir pour ses slogans des campagne, allant ici au contact de "la France qui se lève tôt" et qui "travaille plus pour gagner plus".

"La France peut se lever tôt, elle peut se lever tard, ça dépend des rythmes de travail, mais nous avons une France qui veut travailler", observe pour sa part le président socialiste, paré d'un blouson blanc immaculé aux couleurs de Rungis et brodé à son nom. "Et moi, mon objectif, c'est de faire en sorte que le chômage qui progresse depuis maintenant près de deux ans continûment, recule", enchaîne-t-il.

François Hollande au marché de Rungis, le 27 décembre 2012 [Benoit Tessier / POOL/AFP]
Photo
ci-dessus
François Hollande au marché de Rungis, le 27 décembre 2012
 

Voici donc François Hollande plaçant l'année 2013 sous le signe de la "bataille pour l'emploi" entre les pavillons de la viande, des fleurs ou des fromages avec un objectif sans cesse réaffirmé: inverser la courbe du chômage à la fin 2013.

Avant de s'attaquer à son entrecôte, le président n'a cédé qu'une seule fois au rite de la dégustation pour de l'Epoisse, un fromage bourguignon dégusté à la petite cuillère dans une cave.

Certains lui glissent un mot pour partager leurs soucis du moment. "C'est quand que vous parlez de la pénibilité du travail?", lui lance un manutentionnaire de 56 ans, "usé" par une quarantaine d'années de labeur.

A ses côtés Sophie Desailly, présidente de Stratégie gourmet, organisme de promotion des produits de Rungis, s'inquiète d"une "écotaxe" qui, selon elle, "coûtera aux grossistes 2 à 3% de leur chiffre d'affaires dès janvier" et se fait l'écho de la grogne des salariés face au retour de la fiscalisation des heures supplémentaires.

Le prochain grand rendez-vous de François Hollande avec les Français est fixé à la Saint Sylvestre lorsqu'il présentera ses voeux télévisés avant de se rendre une nouvelle fois sur le terrain, auprès d'un service public d'urgence "en région parisienne".