Valls veut faire reculer les violences du 31 décembre

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 26 décembre 2012 à Strasbourg, dans l'est de la France [Patrick Hertzog / AFP]
Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, le 26 décembre 2012 à Strasbourg, dans l'est de la France [Patrick Hertzog / AFP]

La Saint-Sylvestre, lundi prochain, devra "rester une fête", a déclaré mercredi le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, promettant la mobilisation des pouvoirs publics pour "faire reculer" les violences urbaines et notamment les incendies de voitures lors du Réveillon.

"Nous devons faire reculer ces violences qui nuisent à la tranquilité publique", a dit M. Valls lors d'une point de presse à la préfecture de Strasbourg, où il s'est rendu au lendemain de Noël pour un déplacement en partie privé.

"Je serai mobilisé le 31 décembre, c'est une fête et ça doit le rester", a ajouté le ministre, qui a dit être "venu constater un travail de prévention et de mobilisation".

Avec le préfet, des représentants de la municipalité et du parquet, M. Valls s'est entretenu du dispositif de sécurité à Strasbourg.

Pour autant il a rappelé que la capitale alsacienne n'était pas la seule à déplorer des incendies de véhicules le 31 décembre: "Ces phénomènes de voitures brûlées existent malheureusement depuis des années et un peu partout en France. J'étais maire d'Evry pendant 11 ans et nous avons constaté ces phénomènes", a-t-il souligné.

"Ces faits ne doivent pas être banalisés, car brûler une voiture est passible de la loi" et "tout acte de malveillence doit être puni", a encore martelé M. Valls.

L'an dernier, le prédécesseur de M. Valls place Beauvau, Claude Guéant, s'était refusé à communiquer tout bilan chiffré concernant les voitures brûlées pendant la nuit du Nouvel An, afin d'"éviter toute surenchère ou compétition entre villes".