27 députés PS ne veulent pas signer l'amendement PMA

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux dans l'hémicycle, le 13 novembre 2012 [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]
Le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux dans l'hémicycle, le 13 novembre 2012 [Mehdi Fedouach / AFP/Archives]

27 députés PS ont demandé à leur président, Bruno Le Roux, de ne pas figurer parmi les co-signataires de l'amendement socialiste sur la procréation médicalement assistée (PMA) qui sera déposé lors de la discussion sur le mariage homosexuel le 29 janvier, selon un courrier publié jeudi par lemonde.fr.

Dans ce courrier, les 27 députés rappellent à Bruno Le Roux que la PMA pour les couples homosexuels "ne figure pas" dans les 60 engagements de campagne de François Hollande.

"Le président de la République a lui-même déclaré récemment et publiquement sur les antennes que s'il avait voulu la PMA il l'aurait faite inscrire dans le projet de loi. Il ne pouvait pas être plus explicite", remarquent-ils dans leur lettre.

Effectivement, si le mariage ouvert aux personnes de même sexe et la question de l'adoption figurent parmi les "60 engagements" - c'est le 31e - , la promesse de la PMA pour les couples de femmes homosexuelles a été faite par le futur président par le biais d'interviews, notamment aux magazines Grazia et Têtu.

Les signataires soulignent également dans leur lettre à M. Le Roux qu'ils n'ont "pas du tout apprécié la manière directive qui nous a privés de parole et de débat sur un sujet aussi sensible que la PMA", mercredi lors du vote des députés PS. "Nous sommes 296 membres du groupe et certains retenus en commission n'ont pas pu s'exprimer", ajoutent-ils.

Le vote en faveur d'un amendement PMA avait recueilli mercredi 126 voix contre 61 et 9 abstentions et la réunion de groupe n'avait duré qu'une heure même si elle avait été précédée, la veille, par une autre réunion qui avait donné lieu à des débats "passionnés" sur le sujet.

Les signataires de la lettre demandent en tout cas à leur président de ne pas faire figurer leurs noms parmi les signataires de l'amendement PMA, dans le cadre du "mariage pour tous".

Parmi les signataires de la lettre figurent Gérard Bapt, Kléber Mesquida, Jean-Paul Bacquet, Sophie Dessus, Martine Faure, David Habib, Françoise Imbert.

Pour Gérard Bapt joint par l'AFP, cet amendement PMA est "inadapté et mal préparé". "Ajouter cet amendement qui concerne le code de la santé publique, c'est très troublant: le texte sur le mariage homosexuel n'a pas été fait dans cette optique. On va instrumentaliser la médecine pour le droit à l'enfant et qui plus est, sans qu'il y ait eu de vrai débat", estime-t-il.

Ce médecin, élu de Haute-Garonne, constate aussi que la PMA pour les homosexuelles "soulève de multiples questions". "On va faire des inégalités entre femmes", souligne-t-il notamment "sans parler de la question de l'égalité pour les couples homosexuels masculins".

Enfin, M. Bapt, à l'instar de nombreux autres députés, regrette "la division" que risque d'engendrer l'amendement PMA tant au sein de la majorité que dans les rangs de l'opposition, dont de nombreux membres sont acquis au principe du mariage homosexuel.