Ministres, état-major…que sont devenus les anciens de la Sarkozie ?

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Franck Louvrier.
Franck Louvrier.[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Qu'ils aient été ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy ou membre de la garde rapprochée de l'ex-président de la République, tous cherchent à insuffler un nouvel élan à leur carrière professionnelle. Sélection non-exhaustive de quelques reconversions...

Franck Louvrier : L’ancien conseiller en communication à l'Elysée a été nommé en juillet président de Publicis Events, l'agence du groupe Publicis dédiée à l'événementiel. Il devait prendre ses fonctions le 3 septembre. Il ne quitte pas complètement la politique puisqu’il conserve son siège d’élu UMP au conseil régional des Pays de la Loire.

Roselyne Bachelot : L’ancienne ministre de la Santé et des Sports savoure le succès de son livre « A feu et à sang. Carnets secrets d'une présidentielle de tous les dangers » (Flammarion) paru en juin. Elle a confirmé qu’elle participerait en tant que chroniqueuse à une émission animée par Laurence Ferrari sur Direct 8 à la rentrée. L’ancienne ministre ne va pas disparaître totalement de l’actualité politique. Elle participe actuellement à la commission sur la rénovation de la vie publique aux côtés de Lionel Jospin qui rendra ses conclusions début novembre.

Frédéric Mitterrand : Il pourrait lui aussi faire partie des nouvelles recrues de Direct 8 selon Le Point. L’ancien ministre de la Culture n’a jamais envisagé de prendre sa retraite « Je vais avoir 65 ans. Je me donne dix ans pour tout faire : écriture, cinéma, télévision » confiait-il dans un entretien au Parisien le 2 avril.

Claude Guéant : L’ancien ministre digère encore sa défaite lors des législatives à Boulogne (Hauts-de-Seine) face à un dissident UMP. S’il n’a pas donné d’indices quant à une possible reconversion, l'ex-ministre de l'Intérieur aurait entrepris les démarches pour devenir avocat. Selon la presse il plancherait par ailleurs sur la rédaction d'un livre sur ses années au pouvoir. Sa prise de distance avec la sphère politique ne l’empêche pas pour autant de critiquer le gouvernement en place. Jeudi 30 aout, il accusait sur BFM TV le premier ministre de négliger le « phénomène criminel » à Marseille.

 

 

Emmanuelle Mignon : Elle avait fait son retour en février dans l’équipe de campagne du président afin d’inverser la courbe des sondages. Après la défaite, elle a réintégré le Conseil d'Etat. Celle qui est arrivée en tête de sa promo à l’Ena s’est déclarée prête en juillet sur France Inter « à repartir à l'attaque (…) si la question se posait ».

Xavier Musca : Il avait succédé à Claude Guéant comme secrétaire général de l'Elysée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Il a rejoint depuis le Crédit agricole au poste de directeur général délégué chargé de la banque de proximité à l'international. Il doit notamment gérer l’épineux dossier Emporiki en Grèce, la filiale dont le CA cherche à se séparer.

Patrick Buisson : Difficile d’obtenir des informations sur les projets d’avenir de l’ex éminence grise de Nicolas Sarkozy. Après la défaite à la présidentielle, l’ancien journaliste a fait l’objet de vives critiques de la part de son propre camp pour la ligne politique qu’il aurait défendu et imposé à l’Elysée. Son nom apparaît toutefois lors de la rentrée littéraire. Il publie un livre avec Lorant Deutsch, « Le Paris de Céline » chez Albin Michel.