Ayrault s'interroge sur la représentation de la France dans le monde

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Jean-Marc Ayrault a jugé mardi, devant les ambassadeurs français réunis à Paris, "indispensable" une "réflexion sur la manière de moduler la présence de la France dans les pays tiers", dans un contexte d'économies budgétaires.[AFP]
Jean-Marc Ayrault a jugé mardi, devant les ambassadeurs français réunis à Paris, "indispensable" une "réflexion sur la manière de moduler la présence de la France dans les pays tiers", dans un contexte d'économies budgétaires.[AFP]

Jean-Marc Ayrault a jugé mardi, devant les ambassadeurs français réunis à Paris, "indispensable" une "réflexion sur la manière de moduler la présence de la France dans les pays tiers", dans un contexte d'économies budgétaires.

"Je mesure l'importance éminente de votre tâche au service de la France. (...) Votre rôle est irremplaçable, car c'est vous qui éclairez le gouvernement sur la perception de son action par le reste du monde", a déclaré le Premier ministre devant environ 200 ambassadeurs, réunis à Paris de lundi à mercredi pour leur Conférence annuelle.

Mais, réitérant l'objectif d'une réduction du déficit à 3% du PIB en 2013, le chef du gouvernement a reconnu que le réseau diplomatique français allait devoir prendre sa part aux baisses de dépenses.

"J'ai conscience des choix difficiles que cet effort collectif implique parfois, mais le gouvernement a clairement rompu avec la méthode de la RGPP (révision générale des politiques publiques, ndlr), au profit d'une approche plus sélective plus participative et reposant sur des réformes de fond", a expliqué M. Ayrault.

"S'agissant du ministère des Affaires étrangères, une réflexion sur la manière de moduler la présence de la France dans les pays tiers, en fonction de ses intérêts et en prenant en compte tous les réseaux de l'Etat, est indispensable et c'est le travail que Laurent Fabius a engagé dès sa prise de fonction", a fait valoir le Premier ministre.

Le syndicat CFDT du ministère des Affaires étrangères (MAE) a dénoncé lundi une "opacité complète" sur les projets d'économies et "un dialogue social au point mort".

Environ 15.000 agents sont rémunérés sur le budget du MAE, dont 6.000 titulaires et CDI, 3.000 contractuels, 5.200 recrutés locaux et un millier de militaires.