Cécile Duflot : "Je suis fidèle à mes convictions"

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Cécile Duflot
La ministre du Logement, Cécile Duflot. [BERTRAND GUAY / AFP]

A quatre jours du premier tour, Cécile Duflot réaffirme l’ambition d’Europe Ecologie- Les Verts : obtenir un groupe à l’Assemblée. 

Candidate, mais ministre. Si elle est élue le 17 juin, ce qui semble très probable, Cécile Duflot ne siégera pas à l’Assemblée. Nommée par François Hollande à l’Egalité des territoires et au Logement, elle cédera sa place à Danièle Hoffman-Rispal. Ce qui n’empêche pas la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts de faire campagne pour que les écologistes obtiennent enfin un groupe parlementaire. Son dernier défi à la tête du mouvement. 
 
Avec quel résultat partiriez-vous la tête haute ? 
 
Tout ce qui renforce le poids de nos idées me donne le sourire. Pendant des années j’ai travaillé, avec d’autres, au rassemblement des écologistes pour faire émerger une écologie autonome, responsable et conquérante. Je souhaite qu’à l’occasion de ces législatives, nous disposions d’une représentation conséquente à l’Assemblée. Chaque député écologiste supplémentaire sera un renfort pour que les choses changent vraiment. 
 
Les projections vous donnent entre 17 et 23 sièges… 
 
Les sondages peuvent être trompeurs.  Je souhaite que Europe Ecologie-Les Verts réalise le score le plus important possible. Celles et ceux qui veulent que la transition écologique s’engage sans tarder doivent utiliser leur bulletin de vote pour le signifier clairement. 
 
L’idée d’une cohabitation semble écartée. Etes-vous rassurée ? 
 
Nous aurions tort d’être arrogants : une élection n’est jamais acquise. La droite a choisi de mener une campagne de polémiques et de coups bas. J’appelle les électrices et les électeurs à tout faire pour que la majorité de gauche et des écologistes soit large. Au sein de cette coalition, je souhaite que l’écologie soit forte. Aux Françaises et Français d’en décider. Qu’ils votent en liberté : l’enjeu n’est plus de battre Nicolas Sarkozy, mais d’indiquer de quelles couleurs doit se teinter la majorité. La politique de la France a besoin de vert. 
 
La formation d’un groupe parlementaire doit-elle s’accompagner de l’entrée d’autres ministres écologistes ? 
 
La formation d’un gouvernement ne repose pas sur une négociation d’appareil ou de parti, elle est le choix du président de la République et du Premier ministre. L’enjeu est de renforcer le poids des écologistes au Parlement. 
 
On a vu avec vos déclarations sur le cannabis qu’il est difficile, en étant au gouvernement, de défendre une voix différente de celle du PS... 
 
Les choses sont clai­res, la position du gouvernement a été donnée par le Premier ministre. En tant que secrétaire nationale, j’ai rappelé la position d’Europe Ecologie Les Verts sur ce sujet qui est connue de longue date. Je suis fidèle à mes convictions et loyale envers le gouvernement. 
 
N’y a-t-il pas le risque pour les écologistes d’être satellisés par le PS ? 
 
Un partenariat, c’est un projet et c’est du résultat. Les écolos n’auront pas à rougir de leurs réformes. 
 
Vous militez pour la formation d’un groupe écologiste mais, si vous êtes élue, vous ne siégerez pas et serez suppléée par une socialiste. C’est paradoxal... 
 
Ce n’est pas un paradoxe, c’est la nécessité de l’unité. Les socialistes et les écologistes gouvernent ensemble. Ma suppléante socialiste et moi menons campagne pour donner une majorité au changement. Quelle que soit ma place, je défendrai les valeurs de l’écologie. 
 
Comment convaincre les électeurs alors que vous ne les représenterez pas ? 
Les électrices et les électeurs de ma circonscription savent qu’ils pourront compter sur moi pour agir au quotidien pour davantage de justice sociale, pour l’amélioration de leur vie quotidienne, et une meilleure prise en compte des enjeux écologiques. S’ils veulent que je pèse davantage dans le débat politique national, leurs suffrages se porteront sur ma candidature. Je suis également satisfaite de la belle campagne que nous menons avec ma suppléante Danièle Hoffman-Rispal. 
 
A lire aussi sur directmatin.fr