Espagne : audition du pédophile gracié pour un abus sexuel présumé

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Daniel Galvan quitte le tribunal de Torrevieja le 31 août 2013 [Manuel Lorenzo / AFP]
Daniel Galvan quitte le tribunal de Torrevieja le 31 août 2013 [Manuel Lorenzo / AFP]

Le pédophile espagnol gracié par erreur au Maroc, Daniel Galvan, a été entendu samedi en Espagne dans le cadre d'une plainte d'abus sexuel sur une mineure en 2004, a indiqué la justice espagnole.

Le visage en partie dissimulé par une casquette et des lunettes de soleil, Daniel Galvan, 63 ans, a été escorté par plusieurs gardes civiles jusqu'au tribunal de Torrevieja, près d'Alicante, dans l'est du pays.

"Il est resté un peu plus d'une heure devant la juge, a fait sa déposition, a répondu à toutes les questions posées par les parties", a rapporté une porte-parole de la Cour supérieure de justice de Valence.

L'avocat Manuel Maza a indiqué que son client s'était dit innocent des nouvelles accusations le visant.

Les parents d'une jeune fille vivant à Torrevieja, où M. Galván avait dit avoir résidé, ont porté plainte contre lui pour des abus sexuels sur leur fille en 2004, lorsqu'elle avait six ou sept ans.

Ils ont saisi la justice après l'apparition à la télévision de cet homme, un Espagnol d'origine irakienne, condamné en 2011 au Maroc à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs et gracié fin juillet par le roi du Maroc.

Devant l'ampleur du scandale suscité par sa libération, le roi Mohammed VI avait annulé la grâce et avait soutenu qu'il l'avait signée en raison d'"informations erronées". Daniel Galvan avait ensuite été arrêté en Espagne et placé en détention provisoire dans l'attente d'une éventuelle extradition vers le Maroc.

M. Galvan devait déjà être entendu vendredi dans l'affaire de Torrevieja, mais son audition avait été reportée en raison de la fugue de sa victime présumée du centre pour mineurs où elle est hébergée.