Un pronom du "troisième sexe" dans la langue suédoise

Par Direct Matin avec AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le pronom neutre "hen" dans un texte suédois.
Le pronom neutre "hen" dans un texte suédois.[JONATHAN NACKSTRAND / AFP]

En Suède, entre le " il " et le " elle", le pronom neutre " hen ", est en passe de devenir d'usage courant en Suède où la politique paritaire est traditionnellement volontariste.

Le pronom a commencé à faire son entrée dans la sphère politique grâce aux Verts, troisième parti de Suède, qui l'ont utilisé dans leur programme présenté fin septembre. "C'était naturel pour nous d'utiliser une langue sexuellement neutre", a expliqué le sécrétaire général du parti, Anders Wallner à l'AFP. "C'est une manière moderne d'écrire pour les textes où on n'a pas besoin d'indiquer le sexe, ce qui arrive plutôt souvent", a-t-il poursuivi. 

Le pronom « hen » n’est pas une nouveauté. Inventé par des linguistes dans les années 1960, en pleine vague féministe, il s’agissait alors de "simplifier la langue" et d’éviter d’écrire "il/elle", explique la linguiste Karin Milles, interrogée par l'AFP. Rapidement abandonné, il avait été utilisé de nouveau dans les années 2000 par les personnes revendiquant l’identité transgenre, poursuit la linguiste. 

Le "hen" n’a pas pour vocation de remplacer ces deux pronoms. Il permet, explique ses partisans, de se référer à une personne sans dévoiler son sexe, soit parce qu'on l'ignore, soit parce que la personne évoquée se revendique transgenre, soit parce que le locuteur estime superflu de communiquer cette information.

Un pronom qui ne fait pas l'unanimité 

Le linguiste Mikael Parkvall pense qu’on "ne devient pas plus paritaire parce qu’on utilise un pronom neutre". Sven-Göran Malmgren, rédacteur du dictionnaire de l'Académie, la référence en matière linguistique, ne pense pas quant à lui  "qu'il existe un seul exemple au monde ou un pronom a été inventé et s'est imposé".

Elise Claesson, journaliste indépendante considère le " hen " comme « un projet de l’élite". "D'après une enquête réalisée sur le site internet du tabloïde Aftonbladet, 96% des personnes qui ont participé n'utilisent pas le hen". Certains Suédois, enfin, ne connaissent même pas le mot.