Adriana Karembeu et Michel Cymes complices d'une "supercherie" ?

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Vue prise le 1er octobre 2010 de la Mer de glace dans le Massif du Mont-Blanc [Philippe Desmazes / AFP]
Vue prise le 1er octobre 2010 de la Mer de glace dans le Massif du Mont-Blanc [Philippe Desmazes / AFP]

Le maire de Saint-Gervais, Jean-Marc Peillex (UMP) a dénoncé dimanche l'utilisation "mercantile" du mont Blanc après l'héliportage, pour le tournage d'une émission, de deux animateurs de France 2 à quelques mètres du sommet, laissant croire à une ascension totale à pied.

"C'est une véritable supercherie", s'insurge dimanche dans un communiqué Jean-Marc Peillex alors qu'un article paru dans le journal TV magazine relate que le mannequin Adriana Karembeu et le médecin Michel Cymes "ont escaladé le mont Blanc" pour le tournage d'une émission diffusée mardi sur France 2.

L'équipe de l'émission baptisée "Les pouvoirs extraordinaires du corps humain" a affrété "un hélicoptère pour se faire déposer à 4.300 mètres au col de la Brenva (...) avec l'autorisation du maire adjoint de Chamonix. L'ascension s'est donc résumée à 500 mètres, sans grand effort", s'indigne le maire.

"Il n'était pas prévu d'hélicoptère, mais le tournage a dû être raccourci à la suite de problèmes de santé des animateurs. Sans son utilisation, l'émission ne pouvait pas se faire, or elle nous semblait intéressante puisque, pour une fois, on parlait de la montagne au-delà des drames et des performances", défend Jean-Louis Verdier, adjoint au maire de Chamonix.

Le maire de Saint-Gervais qui dénonce "un grand coup de bluff", "exige" que soit précisé en ouverture du magazine de santé "que les animateurs ne sont pas montés au sommet du mont Blanc à pied, mais en grande partie en hélicoptère".

"Adriana Karembeu et Michel Cymes s'étaient engagés à le dire. Nous verrons bien", a indiqué Jean-Louis Verdier, interrogé par l'AFP.

Plus largement, la maire de Saint-Gervais déplore "la banalisation du mont Blanc", et dit "condamner avec la plus grande fermeté toutes ces actions d'égo ou toutes celles commerciales qui poursuivent des objectifs uniquement personnels et mercantiles".