Vidéo : elle conserve son fils momifié dans de la vodka

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Depuis 18 ans, cette femme georgienne veille sur le corps momifié de son fils[Capture d'écran YouTube]

Voici 18 ans que Tsiuri Kvaratskhelia prend soin du corps momifié de son fils, Yuri Bakaradze, décédé à l'âge de 22 ans. Pour éviter la putréfaction du corps, cette grand-mère géorgienne a recours à des techniques d'embaumement bien particulières.

 

Lors du décès de Yuri, sa famille - résidant non loin de Zugdidi, une commune georgienne située près de la rive orientale de la Mer Noire - avait refusé de l'enterrer, privilégiant l'embaument. Objectif : que le fils du défunt, alors âgé de deux ans, puisse connaître son papa. Le corps a donc été placé dans un cercueil équipé d'un couvercle amovible, lui-même placé dans un caveau dépourvu de pierre tombale.

Dans un premier temps, les méthodes traditionnelles de la momification ont été employées pour mettre en oeuvre ce dessein atypique. Des baumes spécifiques ont été appliqués sur la dépouille, le tout accompagné d'incantations et de prières, apprend t-on dans un reportage récent réalisé par la télévision georgienne.

Mais voici quelques années, sur le conseil de proches, la maman de Yuri a décidé de changer de méthode. En effet, lors d'un songe, une voix lui aurait suggéré de frotter le corps de son fils avec de l'alcool afin de lui éviter une irrémédiable dégradation.

 

Imbibé de vodka

Depuis, elle applique quotidiennement des linges imbibés de vodka sur le macchabée. Cette méthode est particulièrement exigeante et implique une attention permanente. "Si on laisse le corps sans linge imbibé durant la nuit, il devient noir comme du charbon" a ainsi expliqué Tsiuri aux reporters.

Récemment, comme elle avait omis pendant quelques jours d'imbiber de vodka la peau de la momie, celle-ci a commencé à s'obscurcir significativement. Heureusement, quelques applications supplémentaire d'alcool l'ont vite reblanchie, a expliqué la fidèle maman.

Mais le poids des ans se fait sentir, et l'entretien quotidien de la momie devient de plus en plus éprouvant. Alors que pendant dix ans, elle avait changé les habits de son fils à chacun de ses anniversaire, elle a du mettre fin à ce rituel épuisant. Quant au fils de Yuri, désormais âgé de 20 ans, il vit plutôt sereinement les étranges pratiques de sa grand-mère.

 

 

Il droguait les croque-morts pour pouvoir les violer

Le boom des cercueils en papier mâché

La Chinoise centenaire ressuscite pendant ses funérailles