La limousine d'Obama en panne en Israël

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
La limousine du président Barack Obama, surnommée "la bête", porte les drapeaux américain et israélien le 20 mars 2013 à Jérusalem [Saul Loeb / AFP]
La limousine du président Barack Obama, surnommée "la bête", porte les drapeaux américain et israélien le 20 mars 2013 à Jérusalem [Saul Loeb / AFP]

La limousine blindée de choix du président américain Barack Obama est tombée en panne mercredi, au premier jour de sa visite historique en Israël, et il a fallu faire venir par avion une voiture de secours de... Jordanie.

"Un de nos véhicules de protection a eu des problèmes mécaniques en Israël aujourd'hui", a confié Edwin Donovan, porte-parole du Service secret américain, qui accompagne le chef de la Maison Blanche.

"C'est la raison pour laquelle nous amenons plusieurs véhicules et un mécanicien dans tous nos voyages", a expliqué M. Donovan, en précisant que l'incident avait eu lieu avant que le président ne pose le pied sur la terre d'Israël.

Selon des médias israéliens, la panne serait due au fait que le plein de la limousine présidentielle a été fait avec du diesel au lieu d'essence.

Le président Obama se déplace dans plusieurs voitures blindées, dont une Cadillac remodelée de fond en comble de General Motors surnommée "La Bête".

Les spécifications de ces véhicules sont gardées secrètes mais ils seraient dotés de pneus et de roues spécialement renforcés, de matériel de brouillage des communications et d'un système de ravitaillement en oxygène.

La visite du président Obama en Israël a par ailleurs mobilisé pas moins de sept hélicoptères américains pour le court trajet aérien entre Jérusalem et Tel-Aviv.

La panne de la limousine blindée a été, semble-t-il, la seule anicroche d'une visite organisée au cordeau et qui s'est déroulée dans un climat chaleureux et sous un soleil éclatant.

L'air décontracté, le président Obama a tombé la veste sur le tarmac de l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, aussitôt imité par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu venu l'accueillir.

Selon la télévision publique israélienne, ce geste peu protocolaire a symbolisé la volonté du président américain de réchauffer des relations notoirement tendues avec M. Netanyahu, alors que les deux dirigeants viennent d'entamer leur deuxième mandat consécutif.