Choisissez votre bunker pour la fin du monde

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Une femme dans un abri anti-atomique à Paris, le 14 novembre 2012[Bertrand Guay / AFP]

J-34 avant la date fatidique. Selon la prophétie maya, la fin du monde aura lieu dans la nuit du 21 au 22 décembre 2012. Pour y survivre, voici une sélection des meilleurs bunkers disponibles sur le marché.

Top 3

>N°3 : un mini-bunker

Survivre à la fin du monde en bas de chez soi, c'est tout à fait possible. Jusqu'au 7 Décembre, National Geographic Channel fait gagner à un Français et 5 de ses proches un abri anti-atomique
 
Certes, sa surface habitable est modeste : 8m². Mais son cahier des charges répond aux mêmes exigences que les bunkers professionnels. Soupape de décompression, filtre nucléaire bactériologique et chimique, éclairage à dynamo, toilettes sèches... Réfugié à l'intérieur, on échappe aussi bien aux explosions nucléaires qu'à un gigantesque raz-de-marée.
 
L'abri de 25 tonnes a été conçu par Amesis Construction, une société française spécialisée. Et surtout, il est remorquable. National Geographic Channel le livrera donc directement chez son futur propriétaire. 
 
 
 
>N°2 : un bunker désaffecté
 
Un site américain répertorie soigneusement les bases de lancement de missiles désaffectées. La plupart d'entre elles sont dotées d'un abri sous-terrain : en cas de riposte, mieux valait compter sur un endroit sûr où se réfugier.
 
Et certaines de ces bases sont à vendre. Proche de la frontière canadienne, celle-ci a par exemple été construite en pleine Guerre Froide par le gouvernement américain. Cuisine équipée, télévision, salle de bains... Son bunker est tout ce qu'il y a de plus agréable, cosy et chaleureux. 
 
 
 
>N°1 : un bunker de luxe
 
C'est l'offre de Vivos, une société californienne. A 50.000 dollars la place, elle propose à ses clients de s'installer dans un bunker haut standing. Architecture dernier cri, fauteuils en cuir, tables en bois massif, écrans géants et réserves de nourriture pour une année... 
 
Pour certains, c'est l'endroit idéal où passer ses vacances. Peut-être ont-ils médité la question existentielle posée par Robert Vicino, PDG de Vivos : le jour de la fin du monde, "de quel côté de la porte voulez-vous être"?
 

A lire également sur DirectMatin.fr

Le pic de Bugarach, refuge présumé contre la fin du monde, interdit d'accès