14 personnes auraient été en contact avec le chaton enragé

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Des chatons [Raul Arboleda / AFP/Archives]
Des chatons [Raul Arboleda / AFP/Archives]

Le chaton victime de la rage à l'origine d'une alerte sanitaire déclenchée à Argenteuil (Val-d'Oise) aurait été ramené en avion du Maroc, par des personnes qui intéressent désormais la police, a-t-on appris samedi auprès de la préfecture.

 

"La personne qui a ramené le chat en France a été a priori identifiée", a indiqué à l'AFP Gilles Prieto, directeur de cabinet du préfet du Val-d'Oise, selon qui "une grande partie des incertitudes a été levée".

Le chaton, trouvé le 25 octobre à Argenteuil par des particuliers et décédé de la rage le 28 octobre, aurait été "recueilli par des gens qui se trouvaient à Casablanca" puis ramené par avion, via l'aéroport d'Orly, a précisé M. Prieto.

Si cette hypothèse se confirme, les personnes à l'origine de l'introduction de l'animal, et qui intéressent désormais la police, pourraient faire l'objet de poursuites, pour n'avoir pas respecté la réglementation en matière d'importation d'animaux en France.

"L'animal aurait été ramené seul, il n'était pas accompagné d'une portée. Il reste à déterminer la date exacte du voyage, sans doute située entre fin septembre et le 20 octobre", a ajouté M. Prieto.

Après la découverte de ce cas de rage, confirmé par l'institut Pasteur, une enquête épidémiologique a été lancée, pour identifier l'ensemble des personnes ayant été pu être contaminées par l'animal.

A ce stade, 14 personnes ayant été en contact avec l'animal, faisant partie de trois familles qui l'ont accueilli à un moment donné, ont été identifiées. "Toutes ont été ou bien vont être traitées préventivement", a souligné Gilles Prieto.

Aucun autre cas d'animal présentant des symptômes qui pourraient être ceux de la rage n'a par ailleurs pour l'instant été signalé.

Chez l'homme, le traitement préventif de la rage, administré après le contact avec l'animal porteur, mais avant l'apparition des symptômes, est "très efficace", selon le ministère de la Santé.

La France est indemne de rage "autochtone" depuis 2001. Le dernier cas de ce type, c'est-à-dire contracté sur le territoire, remonte à décembre 1998. "La France a été déclarée officiellement indemne de cette maladie en novembre 2001 par l'Office international des épizooties (OIE)", souligne le ministère de l'Agriculture.

Mais des cas "importés" sont recensés de manière sporadique: un cas de rage sur une chienne originaire de Gambie a ainsi été enregistré en 2008.