Peillon veut six semaines de vacances d'été avec deux zones

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon dans une école à Bardigues, dans le Tarn-et-Garonne, le 22 février 2013 [Eric Cabanis / AFP]
Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon dans une école à Bardigues, dans le Tarn-et-Garonne, le 22 février 2013 [Eric Cabanis / AFP]

Le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon a préconisé dimanche sur BFMTV des vacances d'été d'une durée de six semaines réparties en deux zones en précisant que cette question ne serait pas abordée avant 2015.

"Nous devons être capables d'avoir un zonage l'été, deux zones, et nous devons être capables d'avoir six semaines, c'est suffisant", a déclaré M. Peillon, sans fixer de calendrier précis de mise en œuvre d'une telle réforme susceptible d'avoir une incidence sur les examens dont le baccalauréat.

M. Peillon a réaffirmé que son objectif était d'"aller progressivement" vers 37 à 38 semaines de cours durant l'année, contre 36 semaines, voire 35 avec les ponts à l'heure actuelle, alors qu'il y a 40 semaines de cours en Allemagne.

Il a souligné qu'il fallait "d'abord monter la première marche" de la réforme des rythmes scolaires hebdomadaires à l'école primaire, puis au collège et au lycée. "Nous commençons par l'école, il faudra continuer avec les collèges et lycée et puis il faudra faire l'année scolaire", a-t-il dit.

"Ca va nous obliger à revoir les examens, et en particulier le fameux baccalauréat, qui occupe les locaux d'un certain nombre d'établissements très tôt dans le mois de juin", a ajouté le ministre en relevant que certains élèves, notamment des collégiens étaient à l'extérieur des établissements scolaires dès le 10 juin.

Le ministre a réaffirmé que durant l'année il préconisait une alternance de sept semaines de cours et de deux semaines de vacances.

Et aussi sur Direct Matin.fr :

Fillon fustige "l'improvisation" de Peillon

Peillon veut réformer collège et lycée

Les Français sceptiques sur la réforme