Il passe aux aveux 27 ans après ses crimes

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Maître Thierry Moser le 3 décembre 2008 à Dijon
Maître Thierry Moser le 3 décembre 2008 à Dijon [Jeff Pachoud / AFP/Archives]

L'homme interpellé fin janvier en Gironde, 27 ans après deux viols et un meurtre qu'il est soupçonné d'avoir commis en Alsace, a avoué ses crimes devant un juge d'instruction, a indiqué samedi son avocat.

La trace de ce père de famille de 51 ans avait été retrouvée grâce à des empreintes palmaires prélevées en 1986, qui ont pu être exploitées récemment par la police.

Interpellé près de Bordeaux, avant d'être mis en examen et écroué à Strasbourg, le suspect avait jusqu'ici reconnu s'être trouvé au domicile des victimes pour des cambriolages. Mais il avait affirmé que les crimes avaient été commis par un mystérieux complice.

Il a cependant fini par avouer vendredi, devant ses avocats puis un juge d'instruction, "l'intégralité des faits qui lui sont imputés", a dit à l'AFP Me Thierry Moser, l'un de ses deux avocats.

Son client est mis en examen pour le viol et la tentative de meurtre d'une fillette de 11 ans, le meurtre et l'agression sexuelle d'une adolescente de 17 ans et la tentative d'assassinat de la soeur de cette dernière.

"Il a dit +ce dont on m'accuse est vrai+, mais il n'a pas pu entrer dans le détail pour l'instant sur les circonstances", a expliqué Me Moser, ajoutant que son client le ferait lors d'une prochaine audition. "J'ai le sentiment qu'il avait besoin de faire le ménage dans son for intérieur. Il a expliqué qu'il faisait cela par respect des victimes, de sa famille et de lui-même", a-t-il poursuivi, se disant "réconforté, malgré l'atrocité des faits, de trouver chez cet homme un peu d'épaisseur humaine".

Vue du quartier de la Robertsau en date du 29 juin 2009ç à Strasbourg [Frederick Florin / AFP]
Photo
ci-dessus
Vue du quartier de la Robertsau en date du 29 juin 2009ç à Strasbourg
 

Cette affaire dite de "l'étrangleur de la Robertsau", un quartier résidentiel de Strasbourg, était restée jusqu'ici une énigme.

Dans la nuit du 21 au 22 janvier 1986, un homme avait violé puis tenté d'étrangler une fillette de onze ans après s'être introduit à son domicile. Elle avait été retrouvée inanimée dans le hall d'entrée de son domicile.

Le 19 mars, une jeune fille de 17 ans avait été agressée sexuellement et tuée par strangulation à son domicile, tandis que sa sœur aînée, âgée de 18 ans, avait réussi à faire fuir l'auteur par ses cris.