Free met fin au blocage de la publicité

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le

La ministre de l'Economie numérique, Fleur Pellerin, a demandé à l'opérateur français Free de mettre fin au blocage de la publicité sur internet, ce qu'il s'est engagé à faire dans la journée, a-t-elle indiqué lundi lors d'une conférence de presse.

Le blocage de la publicité était en effet désactivé à la mi-journée, selon l'opérateur qui n'a cependant pas précisé s'il était toujours disponible en option sur les Freebox Révolution.

Le dispositif bloquant les publicités sur internet avait été installé par défaut sur le terminal Freebox Révolution par le fournisseur d'accès Free, suscitant un vif émoi la semaine dernière chez les éditeurs de sites.

Mme Pellerin avait vivement réagi sur le réseau social Twitter lors de l'installation du mécanisme bloquant les publicités.

La ministre a indiqué qu'elle considérait "que la manière de procéder n'était pas acceptable" et "a demandé à Free de mettre fin immédiatement au blocage de la publicité. Free s'est montré à l'écoute, responsable, et va le faire dans les heures qui viennent", a-t-elle ajouté.

Fleur Pellerin a reçu lundi matin les représentants de la presse en ligne, des éditeurs, des représentants de régies publicitaires et d'annonceurs, puis lors d'une deuxième réunion, le directeur général d'Iliad (maison-mère de Free), Maxime Lombardini.

"Les représentants des annonceurs et des éditeurs de contenus m'ont fait part des conséquences graves qu'un blocage généralisé de la publicité sur internet ferait peser sur l'économie globale du secteur numérique et sur leur modèle économique", a expliqué la ministre.

"Je regrette que cet incident ait pu avoir tendance à stigmatiser la publicité", a dit Mme Pellerin, car selon elle "le modèle de financement par la publicité est un modèle important pour un certain nombre de sites".

"La publicité est un contenu comme un autre", selon Mme Pellerin, mais à la question de savoir s'il est légal ou non de bloquer les contenus publicitaires, la ministre estime cependant que "la réponse n'est techniquement pas évidente" et que le gendarme des télécoms, l'Arcep, est en train d'examiner les modalités techniques du blocage par Free de la publicité.

Mme Pellerin a déclaré par ailleurs que "d'un point de vue politique, ce blocage n'est pas compatible avec ma vision d'un internet libre et ouvert où l'internaute reste maître".

En effet, le dispositif antipub de la Freebox menace potentiellement la presse en ligne mais était surtout dirigé contre le géant Google, premier bénéficiaire de la publicité sur le web et qui ne reverse rien aux fournisseurs d'accès à l'internet comme Free, qui financent à grands frais les réseaux, ce qui est au coeur du débat actuel sur la neutralité du net.

La ministre a indiqué que les services juridiques du ministère étaient en train de travailler sur cette question, regardant notamment de quelle manière les dispositions du code des postes et des télécommunications électroniques devaient s'appliquer aux relations commerciales entre les opérateurs télécoms et les opérateurs de service.

"Nous sommes en phase d'instruction et la question sera abordée le 15 janvier" lors de la table ronde d'ores déjà prévue sur la question de la neutralité de l'internet, a-t-elle souligné.