A Bondy, 800 habitants ont passé les fêtes sans chauffage ni eau chaude

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Un chauffage [Philippe Huguen / AFP/Archives]
Un chauffage [Philippe Huguen / AFP/Archives]

Quelque huit cents habitants d'une copropriété dégradée de Bondy (Seine-Saint-Denis) vivent depuis une semaine sans chauffage ni eau chaude, a constaté une journaliste de l'AFP.

"Même le bétail quand on le met dans une grange, il a chaud", pestait Sammy Ghaddab en faisant visiter les appartements de la résidence La Bruyère, que des habitants tentaient vendredi de chauffer avec des convecteurs électriques d'appoint. "J'ai passé Noël et le jour de l'an comme ça!", s'est-il indigné.

"Les trois chaudières de la résidence sont irréparables. Aujourd'hui, une seule fonctionne encore tant bien que mal, mais elle fuit de partout ce qui fait qu'elle consomme énormément d'eau et d'électricité et qu'elle s'arrête régulièrement", reconnaît-on dans l'entourage du maire PS de Bondy, Sylvine Thomassin.

"Chez moi je mets un jogging, un gros pull et deux paires de chaussettes. Ma chambre est un congélateur, c'est injuste", raconte Ozlem Erdogan, qui n'ôte pas son manteau lorsqu'elle rentre dans l'appartement où elle vit avec ses parents et un frère. Dans la cuisine, l'eau est froide.

Selon les habitants, l'eau est au mieux tiède depuis novembre.

"Je travaille dans le commerce, je dois être propre sinon je perds mon emploi. Donc je fais bouillir de l'eau dans une casserole tous les matins pour faire une petite douche, alors que je paie plus de 600 euros de charges par trimestre !", se plaint Hadda Ouhab.

 

En cause : l'endettement de la copropriété

Une cinquantaine d'habitants en colère se sont rassemblés jeudi soir au commissariat de Bondy, et ils sont allés faire part de leurs doléances vendredi au président du tribunal de grande instance (TGI) de Bobigny, Rémy Heitz.

Leur copropriété très endettée, qui fait l'objet d'un plan de sauvegarde, est sous administration judiciaire depuis 2000.

A la mairie, on reconnaît "l'urgence" de la situation, et on envisage de se substituer à l'administrateur judiciaire dès lundi soir s'il s'avère qu'il ne dispose pas de la trésorerie nécessaire pour engager rapidement des travaux.

"Une chaudière mobile pourrait venir en renfort" dès "la fin de la semaine prochaine" en attendant de pouvoir installer des chaudières neuves, ce qui peut prendre plusieurs semaines, a-t-on fait savoir.