Le pousseur du RER A devant la cour d'assises de Paris

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
L'homme avait poussé mortellement sa victime sur le quai du RER A.
L'homme avait poussé mortellement sa victime sur le quai du RER A.[FALHakaFalLin / Flickr]

Un homme de 31 ans, souffrant de schizophrénie, doit comparaître à partir de ce mardi devant la cour d’assises de Paris pour avoir mortellement poussé un quinquagénaire contre une rame du RER A, le 2 avril 2010.

L’agresseur avait donné un coup de pied dans le dos de la victime de 53 ans, qui attendait sur le quai à la Gare de Lyon, vers 6h du matin. Projetée contre une rame qui entrait en gare, cette dernière était décédée sur place. Le drame avait été filmé par les caméras de surveillance de la station, ce qui a permis d’identifier rapidement l’auteur des faits.

Après son interpellation, le pousseur présumé avait d’abord expliqué aux enquêteurs qu’il avait agit à cause d’un mauvais regard lancé par le voyageur. Il avait ensuite changé de version, expliquant que la simple présence d’une personne d’origine indo-pakistanaise, comme la victime, le mettait hors de lui.

 

Jusqu’à 30 ans de prison

Le tribunal doit notamment juger si le trentenaire a agit délibérément ou sous le coup de la folie. Selon la mère de l’agresseur, il était suivi pour sa schizophrénie depuis 2005. Un problème psychiatrique qui impliquait parfois des délires. Par ailleurs, son médecin a indiqué qu’il refusait de suivre son traitement plusieurs jours avant l’incident.

Poursuivi pour «homicide volontaire», le pousseur présumé risque jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle. Ses avocats espèrent une requalification du chef d’inculpation en «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner», ce qui réduirait la peine encourue à 20 ans de prison assortis d’un suivi socio-judiciaire.