Procès des tournantes : 10 acquittements, 4 condamnations

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Nina, une jeune femme victime de viols collectifs, le 19 septembre 2012 devant la cour d'assises du Val-de-Marne [Jacques Demarthon / AFP/Archives]
Nina, une jeune femme victime de viols collectifs, le 19 septembre 2012 devant la cour d'assises du Val-de-Marne [Jacques Demarthon / AFP/Archives]

La cour d'assises du Val-de-Marne a acquitté dans la nuit de mercredi à jeudi 10 hommes poursuivis pour des viols collectifs sur deux jeunes femmes commis dans des cités de Fontenay-sous-Bois, il y a plus de dix ans, et condamné quatre autres à des peines allant de trois ans avec sursis à un an de prison ferme.

Après trois semaines de débats à huis-clos mais sous haute tension, la cour d'assises a reconnu des viols sur une seule des plaignantes qui, selon une de leurs avocates, ont eu le sentiment d'avoir assisté à un "naufrage judiciaire".

Deux accusés ont été condamnés à cinq ans dont quatre avec sursis, un troisième a été condamné à cinq ans dont quatre ans et demi avec sursis et le dernier à trois ans avec sursis.

Les quatre condamnés l'ont été pour des viols commis sur Nina, 29 ans. Les quatre hommes poursuivis pour les mêmes faits sur Aurélie, 28 ans, ont été acquittés. Les plaignantes avaient entre 15 et 16 ans au moment des faits dénoncés.

Selon un avocat interrogé par l'AFP, les condamnés sont ceux qui ont reconnu avoir eu des relations sexuelles avec Nina en les présentant toutefois comme consenties. Parmi eux, le seul accusé à comparaître détenu. Il sera de nouveau jugé devant la cour d'assises du Val-de-Marne, du 2 au 6 novembre, pour l'assassinat de sa compagne et l'enlèvement et la séquestration de leur petit garçon en février 2010.

Pour Me Amar Bouaou, avocat d'un condamné et d'un acquitté, Aurélie "ne peut pas se poser en victime. Elle a menti".

Selon lui, "on évite un fiasco judiciaire, il fallait que des personnes soient condamnées".

"Treize ans après les faits, l'échec est là. Quelle peine aurait un sens, quand on entend que des coupables de viols en réunion sont condamnés à trois ans avec sursis, on s'interroge", a dit Me Laure Heinich-Luijer, avocate des deux jeunes femmes.

Pour Me Clotilde Lepetit, une autre avocate des plaignantes, en revanche, "la cour d'assises a dit à Nina: +on vous croit+".

Elle a cependant fustigé "les conséquences d'un dossier mal instruit" et les "failles judiciaires" dans le cas d'Aurélie.

Lundi, l'avocate générale avait requis des peines de cinq à sept ans de prison pour huit accusés. Pour les six autres, elle s'en était remise à la décision de la cour, évoquant le "doute" et relevant le manque d'éléments à charge les concernant pour réclamer une peine.

Au moment du verdict, quelques applaudissements ont accompagné les 10 acquittements prononcés par la cour.

Du côté des acquittés, le soulagement prédomine ainsi qu'un "sentiment de justice" selon l'un d'eux qui souhaite garder l'anonymat.

"C'est pas normal, il reste trois personnes condamnées", a-t-il nuancé.

"Un mois de procès, c'est dur. C'est un cauchemar. Je suis soulagé mais c'est un mic-mac. Les autres ne sont pas des violeurs", a affirmé un autre homme mis hors de cause par la cour.

Le procès s'est déroulé dans une ambiance tendue mais derrière les portes des assises, difficile de connaître le détail des débats qui ont toutefois semblé tourner à l'épreuve pour les deux plaignantes.

Les deux jeunes femmes, qui affirment avoir été violées à répétition dans des conditions particulièrement sordides, régulièrement absentes pour raisons médicales, n'étaient pas présentes à l'énoncé du jugement.

Les treize accusés --un quatorzième est en fuite, le dossier d'un quinzième a été disjoint--, désormais âgés de 29 à 33 ans, parfois mariés et travaillant, ont toujours nié avec véhémence ces accusations et ont comparu libres à une exception près.

Deux autres mis en cause, âgés de moins de 16 ans lors des faits, comparaîtront devant le tribunal pour enfants de Créteil. La date d'audience n'a pas été fixée.

A lire aussi :

"Il ne peut y avoir de banalisation du viol", selon Harlem Désir