Mariage homosexuel : qui pense quoi ?

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
La question du mariage gay risque de faire débat dans les mois à venir.
La question du mariage gay risque de faire débat dans les mois à venir. [NOEL CELIS / AFP]

Inscrite dans les propositions de campagne de François Hollande, la loi sur la légalisation du mariage gay devrait voir le jour au premier semestre 2013. Alors qu’une enquête de l'Ifop révèle aujourd'hui que 65% des français seraient favorables au mariage homosexuel, le débat promet d’être musclé entre ses défenseurs et ses détracteurs.

Comment en est-on arrivé à parler du mariage gay ? 

Depuis l'adoption du Pacs en 1999, les responsables politiques se sont peu à peu convertis à l'idée d'ouvrir le mariage aux homosexuels.Le 29 juin dernier, à la veille de la Gay Pride, la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, annonçait dans une interview au journal Le Parisien, la légalisation du mariage gay et la possibilité d’adopter des enfants pour les couples du même sexe dès 2013.

 

Qu'en pensent les partis ?

- Les Verts

S’inspirant des exemples belges et néerlandais, les Verts ont été les premiers à s'emparer du sujet. Noël Mamère, le maire de Bègles, célèbre en 2004, le premier mariage homosexuel de France, en toute illégalité. Depuis lors, le parti réclame une loi pour reconnaître un mariage gay. Un idée toujours soutenue depuis la fusion avec Europe-Ecologie : la candidate à la présidentielle Eva Joly soutenait d’ailleurs cette proposition.

Noël Mamère. KENZO TRIBOUILLARD / AFP

 

- Le PS

De son côté, le parti socialiste a été plus lent au démarrage. Principal artisan du Pacs,  le parti a commencé à se prononcer officiellement en faveur du mariage gay qu'en mai 2004. Mais à l’époque la question est loin de faire le consensus. Ce n’est que lors de la campagne de 2012 que ce thème s’impose pour une priorité pour le parti.

- Le Parti Communiste

Dès 2004, le parti communiste s’est prononcé en faveur du mariage gay. Marie-George Buffet est la première en 2005 a présenté une proposition de loi  ouvrant le mariage à tous sans distinction de sexe.

- Le centre

Divisé entre plusieurs courants politiques, le centre est aussi divisé sur la question du mariage homosexuel. Si le Nouveau Centre s’est déclaré très hostile au mariage homosexuel durant la campagne, le Modem s'est en revanche prononcé "pour l'égalité absolue des droits entre homosexuels et hétérosexuels".

François Bayrou. DAVID LE DEODIC / AFP

 

- L'UMP

A droite, il y a les contres comme Nicolas Sarkozy. Durant sa campagne il avait indiqué ne pas être favorable à cette union. Une position soutenue par François Fillon et partagée récemment par Jean-François Copé. Début juillet, le patron de l’UMP affirmait sur RTL : "Mon opinion, elle est de ne pas être favorable" au mariage homosexuel "parce que je pense qu’aujourd’hui, le débat est un débat très complexe qui engage aussi la réflexion sur la famille" et "la question de l’adoption." Début août, Nathalie Kosciusko-Morizet déclarait elle aussi sur Europe 1 qu’elle "elle n’était plus si favorable au mariage gay".

François Fillon. PIERRE VERDY / AFP

Sitôt, l’annonce de la ministre déléguée à la Famille, Dominique Bertinotti, en juin dernier annonçant un projet de loi, Christine Boutin, la présidente du Parti chrétien-démocrate, avait déclaré au journal Le Figaro, qu'elle avait l'intention de «rentrer en résistance» et promettait même qu'elle irait «jusqu'à l'incivilité si nécessaire». «Ce projet est gravissime. Il s'agit d'un changement de civilisation car toutes les sociétés sont fondées sur la différence des sexes » précisait-elle.

Mais à droite, il y aussi les pour, comme Rachida Dati, qui s'est déclaré "favorable" à un débat sur le mariage homosexuel, indissociable selon elle de la question de l'adoption par des couples de même sexe.

Chantal Jouanno. FRED DUFOUR / AFP

La sénatrice UMP de Paris, Chantal Jouanno, "se félicitait" de cette annonce du gouvernement. "Même si je suis en profond désaccord sur la plupart des réformes menées par l'actuel gouvernement, nous devons savoir, sur les grands sujets de société, laisser de côté les clivages purement politiques pour nous rassembler sur des valeurs modernes de liberté et d'égalité", assurait l'ancienne ministre dans un communiqué.

L'ancienne ministre UMP de la Famille, Nadine Morano, s’est déclarée favorable au mariage et à l'adoption par les couples homosexuels. Elle a refusé de s'associer à l'appel des évêques de France à prier pour la famille "traditionnelle" le 15 août. 

 

Le FN 

Le FN a affirmé à plusieurs reprises son opposition totale au mariage gay.

 

Quelle est la position de l’Eglise ?

Philippe Barbarin. ERIC PIERMONT / AFP

Favorable à la famille traditionnelle, l’Eglise catholique entend bien montrer son désaccord à la légalisation du mariage gay. Elle souhaite mobiliser ses fidèles. A l’occasion de la célébration de l’assomption, le cardinal André Ving-Trois a ainsi écrit spécialement une prière envoyée à toutes les paroisses de France. Le texte dénonce vivement la proposition du gouvernement. Dans une interview au Figaro le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, juge que le mariage homosexuel, que le gouvernement français souhaite mettre en place l'année prochaine, constituerait "une rupture de civilisation".

Quels sont les pays dans le monde qui autorisent le mariage gay ? 

Dans le monde onze pays autorisent le mariage gay : les Pays-Bas, la Belgique, l’Espagne, le Portugal, la Norvège, la Suède, l’Islande, l’Argentine, l’Afrique du Sud. Au Mexique et aux Etats-Unis le mariage gay est autorisé dans certaines villes.