Infanticide : le père du bébé toujours en fuite

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Gendarmerie
Le jeune père est activement recherché par la gendarmerie qui a mis en place un important dispositif.[PHILIPPE DESMAZES / AFP]

Un père de famille de 22 ans a tué son bébé de 6 mois, mardi, à Bessèges, dans le Gard. Il aurait projeté le nourrisson après une violente dispute avec sa compagne à propos de crème solaire. L'homme est toujours en fuite.

Hier, mardi, un couple d'étudiants de la région parisienne en vacances chez les parents du père, à Bessèges dans le Gard, se balade en forêt. Selon les déclarations de la mère du bébé, son compagnon, dont elle était séparée depuis le mois de mai, serait entré dans une violente colère alors qu'elle lui demandait de mettre de la crème solaire à leur enfant. Il aurait alors projeté à deux reprises le bébé au sol. 

Ce scénario a vite été corroboré par "les constatations médico-légales avec deux impacts constatés" selon le procureur de Nîmes. Selon lui le drame serait la conséquence d'un profond désaccord entre les parents sur le mode de vie et l'éducation du bébé, à l'origine déjà de la séparation du couple. Le petit bébé décédera dans l'hélicoptère du Samu venu à son secours.

Le profil atypique du père

Juste après le drame, le jeune homme a immédiatement pris la fuite à pied. Torse nu, il serait seulement vêtu d'un sarouel noir et de sandales. Une soixantaine de gendarmes sont à ses trousses. Il a été vu pour la dernière fois, mercredi, vers 10h, près de Florac, en Lozère. Un appel à témoins a été lancé et sa photo diffusée. Le procureur de Nîmes n'a pas eclu l'hypothèse de son suicide puisqu'il avait tenté de mettre fin à ses jours lors d'un récent voyage en Inde alors qu'il venait d'être quitté par sa compagne.

Le fugitif est décrit comme très intelligent et capable de se débrouiller dans la nature. Il serait végétalien, n'aurait pas de permis de conduire, ne posséderait ni téléphone portable ni carte bancaire ni matériel informatique, a expliqué le procureur.

La jeune femme avait accepté de venir chez le père de son ex-compagnon afin que celui-ci puisse voir le bébé qu'il n'avait pas vu depuis mai. Elle était arrivée vers midi pour déjeuner et avait l'intention de rester plusieurs jours. Les dissensions au sein du couple seraient intervenues dès le repas.