Un couple lance de mystérieux SOS, recherches suspendues

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
Une voiture de police[MIGUEL MEDINA / AFP]

Cela pourrait faire un scénario parfait pour une série à suspense. Sauf que l’affaire est peut-être bien réelle...ou pas

Depuis jeudi, plusieurs personnes auraient  interceptés, dans le Lot-et-Garonne, des appels de détresse, dont l'origine reste mystérieuse selon le quotidien Sud-Ouest. Mais les recherches ont été suspendues dimanche et seront réouvertes si un élément nouveau apparait. 
 
Le premier SOS aurait été reçu par les maîtres-nageurs de la piscine de Malbentre, à Pujols. L’interlocuteur qui utilise vraisemblablement un radio émetteur CB,  expliquait "avoir eu un accident en se perdant" dans le secteur », a précisé la gendarmerie. La victime indiquait être coincé dans son véhicule.
 
Un deuxième message aurait été intercepté ce vendredi vers 10h40 par des enfants jouant avec des talkies-walkies. "Mayday ! Mayday ! Ma femme ne se réveille plus..." indiqué un homme avec un fort accent ressemblant à celui d’un anglais ou d’un néerlandais. 
 
Prenant les choses aux sérieux, les gendarmes ont engagé hier d’importants moyens de recherches  pour retrouver une voiture qui pourrait avoir fait une sortie de route dans un secteur peu visible. 80 personnes (policiers, gendarmes, pompiers, bénévoles) ont ratissé la zone autour de Pujols dans un rayon de 10 à 15 km, couvrant la zone de diffusion des ondes talkie-walkie. Un hélicoptère de la gendarmerie, équipé de caméras thermiques, a également survolé la zone pendant 1h30, mais en vain. En fin d'après-midi, aucun véhicule accidenté n'avait été repéré.
 
Ce samedi, un nouveau témoin affirmait lui aussi avoir entendu, via un talkie-walkie, un appel au secours disant «j'ai soif, j'ai faim». Après avoir douté un temps de la véracité de ce dernier témoignage, les services de secours ont finalement décidé de le prendre au sérieux, et de poursuivre leur recherche. Une quarantaine de pompiers, gendarmes, policiers restaient mobilisés, tout en n'excluant pas un possible canular.