Bretagne : un porte-conteneur en détresse

Par Direct Matin, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
L'incendie du MSC Flaminia, le 17 juillet 2012.[NSB]

Le 14 juillet, un incendie suivi d'une violente explosion a fait un mort et un disparu à bord du porte-conteneur MSC Flaminia. Depuis ce navire est l'arrêt à 250 kilomètres au large de la Bretagne avec une importante gîte et sans aucun équipage.

Ce n'est pas un naufrage, mais ça y ressemble. Ce qui est certain, c'est que les images et les vidéos qui tournent sur le web sur la dérive du MSC Flaminia rappellent de biens mauvais souvenirs aux Bretons. Ce porte-conteneur qui bat pavillon allemand est en détresse depuis quinze jours aux larges des côtes bretonnes et anglaises.

Tout a commencé le 14 juillet, au beau milieu de l'Atlantique. Un incendie s'est déclaré à bord de ce porte-conteneur de 299 mètres de long. Alors qu'un marin tente de l'éteindre, le MSC Flaminia est secoué par une violente explosion. Bilan, un mort et un disparu.

L'équipage a été évacué et le bateau avec ses 2 876 conteneurs remorqué par des bateaux d'une société privée. Le MSC Flaminia est aujourd'hui à l'arrêt à 250 kilomètres des côtes, à priori exactement dans l'axe de la Pointe du Raz. Il gite de 11° du fait déplacement des cargaisons et du remplissage par les lances à incendie.

L'état réel du navire mal connu

"Nous n’avons aucune information sur l’origine de l’incendie" a seulement indiqué NSB Niederelbe, précisant jeudi que l'incendie était "toujours en cours de maîtrise". Des experts ont pu monter à bord dimanche pour s'assurer de la résistance du navire. Rien n'a filtré, mais déjà des spécialistes n'excluent pas un risque de naufrage au regard des dommages probables causés par l'incendie.

Or si NSB Niederelbe joue la transparence en publiant fréquemment des communiqués sur la situation, l'état réel du navire est très mal connu. Non seulement parce que le sauvetage du navire est aujourd'hui seulement géré par NSB Niederelbe et Smit Salvage, mais aussi parce que le navire est dans eaux internationales. Autrement dit, ni les aurorités Françaises, ni les autorités anglaises n'ont été sollicitées. 

 

Les autorités Françaises ne savent pas grand chose

"Nous suivons la position du bateau, mais nous ne sommes pas saisis du dossier. Nous ne sommes pas sollicités par les autorités anglaises. Nous ne sommes pas mandatés pour quoi que ce soit" a par exemple indiqué la préfecture maritime de l'Atlantique au quotidien Ouest-France. Selon elle, il resterait à bord "un point chaud, mais plus d’incendie à proprement parler". Idem pour les Coast-guards britanniques (MCA) qui  estiment eux-aussi ne pas être saisis non plus du dossier : "Il est toujours en eaux internationales ". Pourtant, jeudi dernier, NSB Niederelbe avait annoncé que le bateau serait placé à l'ancre en Cornouailles, à 20 miles des côtes. Aujourd'hui, si il est toujours question que le navire aille chercher un abri en Grande-Bretagne,  NSB Niederelbe n'a rien annoncé.