Sandy : Wall Street reste fermé

Par AFP, publié le
GooglePlus Facebook Twitter Pinterest Linkedin Commentez cet article Envoyez le par mail Imprimez le
La Bourse de New York, le 28 octobre 2012, fermée en raison du passage de l'ouragan Sandy [Timothy A. Clary / AFP]
La Bourse de New York, le 28 octobre 2012, fermée en raison du passage de l'ouragan Sandy [Timothy A. Clary / AFP]

Bourse fermée, résultats d'entreprises retardés, fonctionnement des banques perturbé: Wall Street était complètement chamboulé lundi par l'imminence de l'ouragan Sandy sur la côte est des Etats-Unis.

Pour la première fois depuis la fermeture exceptionnelle de quatre jours qui avait suivi les attentats du 11 septembre 2001, aucun courtier ne passait d'ordre sur les marchés menés à New York par NYSE Euronext et Nasdaq OMX, gestionnaires des indices phare de la place, Dow Jones et Nasdaq.

Les deux opérateurs ont prolongé cette suspension des activités à mardi et espèrent pouvoir reprendre les cotations dès mercredi.

La dernière fois que la Bourse a fermé ses portes plus d'un jour en raison d'intempéries remonte aux 12 et 13 mars 1888, quand New York avait été ensevelie sous une tempête de neige.

Cette fois-ci, les dirigeants de la Bourse avaient à l'origine décidé de garder en place les échanges électroniques, mais ils ont opté finalement pour une fermeture complète.

Même pour échanger sur les plates-formes virtuelles, "des milliers de salariés des services de courtage à Morgan Stanley, Merrill Lynch, Goldman Sachs" sont nécessaires et "ces personnes avaient vraiment des problèmes pour se rendre à leur travail", a expliqué le directeur général de Nyse, Duncan Niederauer, sur la chaîne CNBC.

Plusieurs banques basées à New York ont décidé de déplacer certaines activités essentielles dans des bureaux de secours ou de ne pas ouvrir des succursales.

Citigroup a ainsi "fermé toutes ses agences de New York, Boston, Philadelphie, des (Etats) du Connecticut, du New Jersey et du Delaware lundi".

La banque d'affaires Goldman Sachs, dont le siège se trouve au sud de Manhattan au bord de l'eau, a mis en place son plan d'urgence, qui prévoit le recours aux équipes basées entre autres à Londres et au télétravail.

Report de résultats d'entreprises

Chez Bank of America (BofA), les bureaux du World Financial Center, situés près de Wall Street, étaient fermés lundi.

L'opérateur CME Group a suspendu les échanges physiques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), où est notamment coté le baril de pétrole "light sweet crude" (WTI), même si les échanges électroniques ont été conservés.

L'association professionnelle des marchés financiers et des courtiers (Sifma) a recommandé que soit suspendue mardi toute activité liée au courtage d'obligations émises en dollar aux Etats-Unis.

La cotation des produits agricoles par CME Group, qui se déroule à la Bourse de Chicago, fonctionnait sans problème.

L'arrivée de l'ouragan a aussi forcé plusieurs entreprises à retarder des événements prévus parfois depuis plusieurs semaines.

Le géant de l'internet Google a par exemple dû annuler un grand événement de présentation, pour se contenter d'annoncer dans un message publié sur son blog officiel le lancement d'une nouvelle tablette et d'un service de musique en ligne en Europe.

La publication des résultats de plusieurs groupes a été renvoyée à une date ultérieure: le groupe pharmaceutique Pfizer diffusera ses résultats trimestriels jeudi au lieu de mardi, la société d'édition McGraw-Hill vendredi au lieu de mercredi, et le groupe de médias Thomson-Reuters vendredi au lieu de mardi.

D'autres ne modifiaient pas leur programme, à l'instar du constructeur automobile Ford qui prévoyait toujours de publier ses résultats trimestriels à 07H00 (13H00 GMT) mardi.

En fin d'après-midi, le Conseil de surveillance de la stabilité financière (FSOC), qui réunit les principales autorités de contrôle financier aux Etats-Unis, a indiqué par le biais du Trésor qu'à l'échelle du pays "toutes les principales infrastructures de paiement, de règlement et de compensation (fonctionnaient) normalement, utilisant leurs sites de secours d'urgence quand c'était nécessaire".